BFMTV

Démenti des professionnels de l'abattage sur le halal

BFMTV

PARIS (Reuters) - Les professionnels de l'abattage ont démenti mardi les propos de Marine Le Pen sur la consommation de viande halal en...

PARIS (Reuters) - Les professionnels de l'abattage ont démenti mardi les propos de Marine Le Pen sur la consommation de viande halal en Ile-de-France et le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire a rappelé qu'un renforcement de la législation sur ce sujet était prévu pour le mois de juillet.

Ces quatre abattoirs d'Ile-de-France produisent de la viande bovine halal en toute légalité, pour répondre à la demande de la communauté musulmane, ont dit les professionnels du secteur. Ils rappellent que cette production représente moins de 5.000 tonnes sur les 200.000 tonnes de viande bovine consommées chaque année en Ile-de-France.

L'essentiel de la consommation en région parisienne provient des grandes régions d'élevages comme la Bretagne via le marché d'intérêt général de Rungis, a déclaré André Eloi, directeur de la FNEAP, une fédération qui représente les petits abattoirs, dont deux abattoirs franciliens visés par la polémique.

"On est tout simplement dans le cadre d'une prestation pour une communauté. Ces quatre abattoirs sont privés et appartiennent à des opérateurs de la communauté musulmane, qui abattent pour la communauté", a-t-il ajouté.

Il existe un cinquième abattoir en Ile-de-France mais il ne produit que de la viande de porc. Un projet serait en cours pour la construction dans la région d'une sixième structure, non-halal, a dit André Eloi.

Nicolas Sarkozy s'est rendu mardi matin à Rungis, où il est revenu sur cette polémique lancée samedi par Marine Le Pen. Il a réaffirmé que moins de 2,5 % de la viande consommée en Ile-de-France était halal, un chiffre confirmé par les professionnels du secteur.

"Cette production est ultraminoritaire (en volume), quand un animal est abattu rituellement c'est qu'il y a une commande. On ne va pas faire plus de "rituel" que de besoin puisque ca coûte plus cher", a déclaré le Syndicat des Entreprises Françaises des Viandes (SNIV-SCNP), qui représente 80% des abattoirs de viande bovine parmi lesquels de grands groupes industriels comme Charal ou Bigard.

Le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire a rappelé mardi au cours d'une conférence de presse qu'un décret sur les conditions de production de viande halal a été publié au Journal Officiel le 29 décembre dernier.

"Nous n'avons pas attendu Marine Le Pen pour nous apercevoir qu'il y avait des difficultés sur l'abattage rituel en France. Madame Le Pen soulève un sujet sur lequel nous travaillons sereinement depuis maintenant plusieurs mois", a dit Bruno Le Maire au cours de cette conférence de presse.

A partir du 1er juillet 2012, date d'entrée en vigueur du décret, les abattoirs ne pourront procéder aux abattages rituels que s'ils ont reçu une autorisation préalable de l'Etat et s'ils peuvent justifier via un système de "bons de commande" que cette production répond à une demande commerciale.

Le ministère évoque 14,4% de production halal en France tous animaux confondus, sans pouvoir détailler ces chiffres par secteur.

Marion Douet, avec Gus Trompiz, édité par Patrick Vignal