BFMTV

Célébration du Vendredi saint à Notre-Dame: "un message d'espoir" pour l'archevêque de Paris

L'archevêque de Paris célèbre ce vendredi matin le Vendredi saint dans la cathédrale Notre-Dame, ravagée il y a bientôt un an par un incendie.

Près d'un an après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame, la cathédrale va accueillir à nouveau une cérémonie. Une célébration du Vendredi saint, à suivre en intégralité sur BFMTV.com, est organisée à huis clos et en petit comité à partir de 11h30.

La cérémonie débutera par l’entrée de l’archevêque de Paris dans la cathédrale par le couloir du Trésor et la présentation de la Couronne d’épines du Christ, miraculeusement sauvée des flammes.

"Cette célébration sera toute simple, en huis clos bien sûr (...) Nous ferons la vénération de cette couronne pour montrer que la cathédrale, bien qu'à moitié détruite, est encore vivante", a détaillé ce vendredi matin l'archevêque de Paris, Mgr Aupetit.

Un "message d'espoir"

L'archevêque doit ensuite prendre la parole pour un temps de méditation, accompagné du violoniste Renaud Capuçon ainsi que des comédiens Philippe Torreton et Judith Chemla pour une lecture de textes d’auteurs chrétiens.

"C'est aussi un message d'espoir. Nous allons fêter Pâques, où la vie sera plus forte que la mort", a ajouté Monseigneur Aupetit, faisant le lien avec l'épidémie de coronavirus qui touche actuellement de nombreux pays. 

"Il y a un an la cathédrale était détruite, aujourd'hui le pays est terrassé par une pandémie. Il y a toujours un message d'espoir, et cette célébration au cœur de la cathédrale sera le signe de notre espérance", a-t-il affirmé.

Reprise des travaux en 2021

Quelques jours avant le premier anniversaire de l'incendie de la cathédrale, l'homme de foi a également expliqué que toutes les conditions de sécurité étaient réunies. 

"Le chantier est à l'arrêt à cause du confinement, mais il n'y a pas plus de risques qu'avant. Il faut prendre des précautions. Peut-être que les travaux pourront reprendre en 2021 et il existe des endroits sans risques au sein de la cathédrale", conclut-il.

Benjamin Rieth