BFMTV

Refus de mariage homo à Bollène: l'union sera célébrée par une adjointe

Les deux habitantes de Bollène, Vaucluse, pourront bien se marier le 10 septembre dans leur commune.

Les deux habitantes de Bollène, Vaucluse, pourront bien se marier le 10 septembre dans leur commune. - -

La maire d'extrême-droite, opposée au mariage homosexuel, refusait que l'union de deux jeunes femmes soit célébrée, par elle comme par un conseiller municipal, au nom de sa "conscience".

Les deux jeunes femmes se diront bien "oui" le 10 septembre prochain à Bollène, comme initialement prévu. L'adjointe à la Culture à la mairie de la commune du Vaucluse célèbrera finalement le mariage, que la maire (Ligue du sud) Marie-Claude Bompard refusait d'unir tout en refusant de déléguer son pouvoir, a annoncé mardi la préfecture du Vaucluse.

"Le préfet de Vaucluse est informé par Jacqueline Morel, adjointe à la mairie de Bollène, qu'elle célébrera" ce mariage, a indiqué la préfecture dans un communiqué. "Yannick Blanc, préfet de Vaucluse, se félicite de cette issue qui illustre la capacité de l'Etat à faire respecter l'égalité des droits des citoyens sur le territoire", a-t-on ajouté.

Enquête préliminaire

Une enquête préliminaire avait été ouverte lundi par le parquet de Carpentras à l'encontre de Marie-Claude Bompard pour obstruction à la loi par une personne dépositaire de l'autorité publique.

La première magistrate de la commune avait eu en fin de matinée lundi un entretien avec le préfet, au cours duquel "elle avait maintenu sa position", selon la préfecture. Selon cette source, un adjoint peut agir de plein droit comme officier d'état-civil.

A l'antenne de BFMTV, Jean Vallier, chargé de la communication de la mairie, a déploré la situation, dénonçant le "rouleau compresseur qui se met en route pour forcer les maires à faire quelque chose que leur conscience ne peut pas faire".

C.Pi. avec AFP