BFMTV

Réforme des retraites: la mairie s'inquiète du passage des manifestants place de la Bastille, en plein travaux

La mairie de Paris s'inquiète du passage des manifestants place de la Bastille, en plein chantier. La municipalité avait proposé un parcours alternatif pour le cortège.

Ce mardi, pour une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, une manifestation est organisée à Paris. Le cortège s'élancera de la place de la République pour rejoindre la place de la Nation. Malgré l'opposition de la mairie de Paris, les manifestants passeront notamment par la place de la Bastille, actuellement en travaux. 

Une opération de sécurisation devait se tenir lundi soir pour débarrasser la place de certains outils de chantier. Mais ce mardi matin, plusieurs tonnes de matériel, des barrières, des blocs de béton se trouvaient toujours sur place.

"C’est un chantier qui est mené par la ville, et malheureusement nous avons dû le démonter un nombre incalculable de fois. Là ce n’est plus possible, il y a une grue de plusieurs centaines de tonnes et on ne peut pas démonter ce chantier", insiste Ariel Weil, maire du 4e arrondissement, arrondissement voisin de la place de la Bastille.

"C'est dangereux d'exposer ce chantier"

Selon nos informations, la réunion entre le préfet de police de Paris Didier Lallement et les élus organisée ce lundi matin pour préparer cette manifestation a donné lieu à des échanges vifs. Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie, a réclamé une modification du trajet proposant un itinéraire alternatif. Sa demande a été rejetée par le préfet de police, ce dernier plaidant ne pas avoir le pouvoir de faire ce changement de parcours.

"C'est dangereux d'exposer ce chantier particulièrement sensible avec une grue tout à fait exceptionnelle. Il nous a dit qu'il ne pouvait pas interdire (...) Mais maintenant nous demandons des garanties pour la sécurisation du chantier", explique Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris.

La décision du préfet étonne la mairie de Paris, d'autant que le préfet interdit tous les samedis les manifestations sur les Champs-Élysées. Selon des sources concordantes, la présence de 400 à 600 casseurs est d'ailleurs redoutée par les autorités. 

"Afin d'éviter tous débordements", Didier Lallement a pris un arrêté obligeant les commerçants installés sur le parcours de la manifestation à fermer et à ranger le mobilier "pouvant servir de projectile ou d'arme par destination". 

"A la fin, ce sont toujours les Parisiennes et les Parisiens qui payent, c’est pour ça que nous avons demandé au préfet de police hier, nous lui avons demandé de faire tout pour protéger cette place à défaut d’imposer un autre parcours", ajoute Ariel Weil. 

Le cortège s'élancera à 13h30 place de la République et devrait rassembler 60 à 70.000 personnes selon les estimations de la préfecture de police. 

Barthémély Bolo avec Cyrielle Cabot