BFMTV

Qui sont les trois jihadistes présumés arrivés à Marseille?

Des équipes du Raid, lors de l'interpellation de candidats au jihad à Strasbourg, en mai 2014 (photo d'illustration).

Des équipes du Raid, lors de l'interpellation de candidats au jihad à Strasbourg, en mai 2014 (photo d'illustration). - Frédérick Florin - AFP

Le beau-frère de Mohamed Merah, ainsi qu'un de ses amis d'enfance font partie des trois présumés jihadistes arrivés à Marseille mardi soir.

Le cafouillage est de taille. Trois jihadistes présumés, attendus à Orly mardi après-midi pour être arrêtés, sont rentrés mardi dans la soirée à Marseille. Les trois hommes, originaires de Toulouse et d’Albi, venaient de passer un séjour en Syrie, avant d’être expulsés par la Turquie, où ils se seraient rendus pour échapper à l'Etat islamique en Syrie. Les trois hommes n'ont pas été inquiétés à leur arrivée. Qui sont ces hommes, présumés jihadistes? Pourquoi sont-ils allés en Syrie? Eléments de réponses.

> Le beau-frère de Mohamed Merah

L’un d’eux fait particulièrement parler de lui. Abdelouahed El Baghdali, 29 ans, est aussi le beau-frère de Mohamed Merah, qui a tué sept personnes en France en 2012, à Montauban et Toulouse, avant de trouver la mort au cours d'un assaut de la police. Marié à Souad Merah, qui a disparu en mai dernier, ce Toulousain est déjà connu des services de renseignements pour avoir “gravité dans la mouvance salafiste”. Il se trouvait en Syrie depuis février 2013.

Selon Christian Etelin, l'avocat de Souad Merah, en lien avec Abdelouahed El Baghdali durant son séjour en Turquie, c'est en voulant quitter la Syrie que les trois hommes auraient été arrêtés par Ankara.

> Un ami d’enfance de Mohamed Merah

Le deuxième homme est Imad Jjebali. Agé de 27 ans, il avait déjà été arrêté en 2007 puis condamné l'année suivante dans une affaire à caractère terroriste pour avoir appartenu à une filière jihadiste en Irak, dite filière d'Artigat, du nom d'un village d'Ariège supposé être la base de repli de l'équipe. Imad Jjebali serait également un ami d’enfance de Mohamed Merah, ayant grandi dans le même quartier que lui à Toulouse, dénommé Izards.

> Un proche d'une filière jihadiste où évoluait Merah

Le troisième, Gael Maurize, était domicilié à Albi où une autre filière jihadiste, dans laquelle gravitaient également d'anciens proches du tueur de Toulouse, a été démantelée cet été.

A. Dt avec AFP