BFMTV

Quels sont les nouveaux moyens de la police pour lutter contre les casseurs?

Pour faire face aux casseurs, les policiers se voient équiper de nouveaux moyens, parmi lesquels des drones et des Produits Marquants Codés.

Le Premier ministre a haussé le ton. Lundi, face à la recrudescence des violences lors de la 18ème journée de mobilisation des gilets jaunes, Edouard Philippe a dévoilé un arsenal de nouvelles mesures: manifestations interdites dans certains quartiers, contraventions alourdies... Pour maintenir l'ordre et mieux appréhender les individus violents, les policiers vont également bénéficier de nouveaux moyens. 

Le traçage des casseurs

Déjà commercialisés depuis près de 10 ans dans les pays anglo-saxons, les Produits Marquants Codés (PMC) vont désormais être utilisés par les forces de l'ordre pendant les manifestations. Mêlés au gaz lacrymogène ou à l'eau des canons, ces liquides, incolores et inodores, seront projetés sur les blacks blocs. Seulement visibles à la lumière violette, ils pourront être tracés, ce qui signifie qu'il sera donc possible de définir quand ils ont été utilisés et à quel endroit. Les PMC sont, de plus, résistants à plusieurs lavages. Selon L'Express, ils persistent trois à quatre semaines sur la peau et plusieurs mois sur les vêtements. 

Capture d'écran du Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale
Capture d'écran du Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale © -

L'utilisation des PMC soulève cependant des questions juridiques, notamment en cas de la pulvérisation de ces liquides sur des manifestants pacifiques ou des passants qui n'ont pas de liens avec les violences.

Thierry Vallat, avocat au barreau de Paris, explique ainsi sur notre antenne que "ce n'est pas parce que vous avez reçu quelques gouttes d'un produit marquant indiquant que vous êtes Avenue de la Grande-Armée tel jour telle heure, que vous avez fatalement participé à un casse ou que vous êtes un black bloc".

L'arrivée des drones 

Autre nouveauté sur le terrain, les forces de l'ordre vont être équipées de drones. Si ces objets étaient déjà utilisés par les policiers dans d'autres contextes, notamment dans la lutte pour la sécurité routière, ils permettront de collecter des preuves (photographies et vidéos) durant les manifestations et de suivre au plus près les groupes de casseurs. 

"Le drone est un outil important pour tous les aspects de la police et de la gendarmerie. En matière de maintien de l'ordre, il permet de renseigner les mouvements de foule. Comme il est très mobile, il permettra de savoir où seront les casseurs et d'envoyer des équipes rapidement sur place", souligne sur BFMTV Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du RAID.

Une plus grande autonomie

Pour le député LaREM de Seine-et-Marne, ces nouvelles mesures ne sont pas "un tour de vis sécuritaire" et permettront aux policiers "d'être plus aptes à répondre à des situations intolérables". 

Edouard Philippe a, par ailleurs, affirmé que les forces de l'ordre sur le terrain auront "une plus grande autonomie" et seront "placées sous un commandement unifié et dotées d'une large capacité d'initiative".

Les détachements d'action rapide seront également transformés en unités anti-casseurs dotées d'une d'une capacité de dispersion et d'interpellation pouvant être engagées dès les premiers troubles.

Clément Boutin avec AFP