BFMTV

Débordements des gilets jaunes: le préfet de police de Paris bientôt remplacé?

Le préfet de police Michel Delpuech, photographié le 22 juillet 2018 à Paris.

Le préfet de police Michel Delpuech, photographié le 22 juillet 2018 à Paris. - Jacques Demarthon - AFP

Admettant des "dysfonctionnements" dans le dispositif de sécurité, le Premier ministre fera des propositions au président lundi. La responsabilité du préfet de police Michel Delpuech dans ces défaillances est notamment mise sur le tapis, certains proches de la Macronie réclament son départ.

Sous-estimation du nombre de casseurs, nouvelles munitions des LBD non efficaces... Le Premier ministre a identifié des "dysfonctionnements" dans le maintien de l'ordre à Paris samedi, qui n'ont pas permis d'éviter le saccage d'une partie des Champs-Élysées. La question des responsables de ces anomalies est posée, comme celle du préfet de police de Paris, Michel Delpuech.

A très court terme, plusieurs membres de la majorité et proches du Président plaident pour que des têtes tombent, notamment celle de Michel Delpuech qui est attaqué de toutes parts, selon les informations de BFMTV. 

"Il aurait dû démissionner après le saccage de l’Arc de Triomphe", a par exemple confié un pilier de la Macronie.

"Pourquoi est-il encore à son poste?"

Le préfet de police de Paris a, en effet en charge les domaines dans lesquels des défaillances ont été observées samedi: la sécurité des biens et des personnes (c'est à dire la police administrative et judiciaire) ou encore la sécurité civile (lutte contre l'incendie, organisation des secours,...).

"Aujourd'hui la question n’est pas, contrairement à ce que dit l’opposition, un problème de laxisme de l’exécutif, c’est un problème de compétences, et c’est un problème de moyens", explique l'éditorialiste Laurent Neumann, lundi matin sur BFMTV. "Il y a la question du préfet de police de Paris. Après les faits du 1er décembre, tout le monde se demande pourquoi est-il encore à son poste ?"

Déterminer les responsables des "dysfonctionnements" observés samedi "pourrait faire partie des sujets abordés par le Premier ministre" lundi, a déclaré un proche du Premier ministre à BFMTV, sans toutefois être plus précis sur le cas Delpuech. Reconnaissant que la gestion de samedi avait été "un échec" sur RTL lundi matin, Laurent Nunez, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur lance de son côté: 

"C’est toute la chaîne de commandement qui va être examinée".

Salomé Vincendon avec Camille Langlade et Benjamin Duhamel