BFMTV

Près d'un millier d'atteintes à la laïcité à l'école recensées l'année dernière

Rentrée masquée pour tous dans une école à Lille le 1er septembre 2020 (photo d'illustration)

Rentrée masquée pour tous dans une école à Lille le 1er septembre 2020 (photo d'illustration) - DENIS CHARLET © 2019 AFP

Quelque 935 signalements ont été effectués l'année dernière. Si ces atteintes aux valeurs de la République ont majoritairement lieu au collège, le primaire est de plus en plus touché.

Près d'un millier d'atteintes aux valeurs de la République ont été enregistrées l'année dernière dans les établissements scolaires, selon des données du ministère de l'Éducation nationale communiquées ce mardi. Ce sont précisément 935 signalements qui ont ainsi été dénombrés entre septembre 2019 et mars 2020, c'est-à-dire entre la rentrée et le confinement.

45% des atteintes ont lieu au collège

Un chiffre en baisse par rapport à l'année précédente - pour l'année scolaire 2018-2019, un total de 900 signalements avaient été effectués rien que pour le dernier trimestre par les chefs d'établissement via un formulaire de saisine dédié - qui s'explique par le contexte de la crise sanitaire, la fermeture des écoles et la reprise clairsemée au mois de juin. Le document note également que 120 cas ont nécessité le déplacement des équipes laïcité du ministère au sein de l'établissement.

Dans le détail, 45% des faits ont eu lieu au collège, 37% dans les écoles primaires et 18% au lycée. "Nous continuons de constater que les atteintes aux valeurs de la République commencent de plus en plus tôt et notamment dès le primaire", observe le ministère. Autre donnée: plus de la moitié des signalements se sont produits dans six académies (Créteil, Grenoble, Normandie, Toulouse, Versailles et Nice).

Tenues et signes religieux

Concrètement, il s'agit de port de signes et de tenues à connotation religieuse (croix, turbans, voiles); de contestations d'enseignement (remise en cause de la laïcité lors de la présentation de la charte, refus de suivre le thème du programme d'histoire-géographie de 5e intitulé "Chrétientés et Islam (VIe-XIIIe siècles), des mondes en contact"); l'évitement des cours de natation; des propos, des insultes ou des bagarres sur des aguments religieux (violences en réunion à cause de ce qui aurait été jugé comme un blasphème) ou encore des absences prolongées pendant des fêtes religieuses.

Si les élèves sont à l'origine de ces atteintes aux valeurs de la République dans près de six cas sur dix, les parents le sont également dans plus de deux cas sur dix, une part en progression. Les personnels le sont également mais dans une moindre mesure.

Les classes virtuelles chahutées

Les classes virtuelles du Cned, déployées massivement entre mars et juillet, n'ont pas échappé à ces atteintes. Le dispositif simple d'accès, compte-tenu de l'urgence de la situation, a permis à des tiers de s'introduire et de chahuter les cours. Parmi ces perturbations: diffusions de chants religieux ou du message "on va mourir pour Allah", appel à la prière ou encore image de décapitation.

Si tous ces incidents ont fait l'objet d'une plainte, il n'a pas toujours été possible d'identifier les auteurs. Un dispositif de sécurisation a ainsi été mis en place depuis la rentrée afin que ce type d'événement ne se reproduise plus.

Par Céline Hussonnois-Alaya, avec Véronique Fèvre