BFMTV

Pourquoi les noyades sont-elles plus fréquentes en période de canicule? 

Fin juin, en l'espace d'une semaine, 40 personnes ont perdu la vie par noyade en France.

La vague de chaleur intense qui touche actuellement l'ensemble du territoire français, conjugué avec le premier épisode de canicule survenu fin juin dernier, a de multiples conséquences notables. Sur la sécheresse notamment, qui préoccupe les agriculteurs, sur les incendies, qui se multiplient dans le sud de la France, mais également sur l'organisme humain, mis à rude épreuve par ces températures plus si inhabituelles à cette période de l'année. 

Pour la dernière semaine de juin justement, une donnée en particulier inquiète. En l'espace de seulement sept jours, 40 personnes ont ainsi trouvé la mort à la suite de noyades. Un chiffre élevé qui met en lumière la dangerosité de la baignade en période de fortes chaleurs, et qui trouve un écho dans celui de l'été 2018, où les disparitions par noyades accidentelles avaient augmenté de 30%.

Surchauffe du corps

L'explosion des noyades peut logiquement s'expliquer par une plus grande fréquentation, en période estivale, des piscines, plages et autres bases de loisirs. Mais la raison est également d'ordre physiologique.

Comme le relève Christian Poirel, médecin-colonel au SDIS 34 lors d'un entretien avec L'Express, "l'être humain est homéotherme, c'est-à-dire qu'il doit maintenir sa température corporelle à 37°C. Si le corps n'arrive pas à s'adapter, c'est là qu'on monte à 38, 39... Si notre corps est à 39 degrés et qu'on rentre dans l'eau en étant déjà épuisé d'avoir lutté contre la chaleur, il suffit d'une dizaine de degrés de différence pour sentir un choc thermique."

Ce risque de "surchauffe" est d'ailleurs accentué chez les personnes sensibles, enfants, personnes âgées ou en mauvaise santé. 

Les conseils du ministère des Sports

Alors pour réduire les risques, le gouvernement, par le biais du ministère des Sports, a en fin de semaine passée mis en ligne un tutoriel à destination des familles afin de se baigner en toute tranquillité.

Là, plusieurs conseils sont prodigués tels que tenir compte de sa forme physique du moment.

"Ne surestimez pas votre condition physique. Avant de partir nager au loin, assurez-vous que votre forme physique vous permet de revenir sur la terre", peut-on par exemple y lire. 

Interrogées par BFMTV, des familles expliquent également éviter les baignades directement après avoir mangé et se mouiller certaines parties du corps avant de rentrer entièrement dans l'eau. 

Malgré tout, le risque zéro n'existant pas, les sauveteurs et maîtres nageurs se tiennent, plus que d'habitude, parés à toutes éventualités. C'est le cas sur une base de loisirs de Montélimar où Louis, sauveteur, explique son fonctionnement.

"Une fois que les gens entrent dans l’eau on se rend compte assez rapidement s’ils maîtrisent l’élément ou non, et puis on focalise notre surveillance là-dessus. Il fait faire attention, on a été chercher une fille de 9 ans qui savait très bien nager mais qui a eu un coup de fatigue", explique-t-il à notre antenne.

En France, on estime que la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 15 ans. 

Hugo Septier