BFMTV

Pollution à l'acide: les internautes se mobilisent pour le lanceur d'alerte de Florange

Le site d'ArcelorMittal à Florange, Photo d'illustration

Le site d'ArcelorMittal à Florange, Photo d'illustration - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Plusieurs cagnottes en ligne ont été lancées pour soutenir l'employé, depuis licencié, d'un sous-traitant d'ArcelorMittal déversant des déchets acides à ciel ouvert.

Le document, révélé par France Bleu Lorraine, avait choqué: des centaines de mètres cube de déchets acides, déversés pendant des semaines "en pleine nature", directement dans le crassier de Marspich. L'auteur de la vidéo, un chauffeur qui participait contre son gré à cette pollution pour le compte d'un sous-traitant d'ArcelorMittal sur le site de Florange, a depuis sa révélation été licencié pour "rupture de discrétion commerciale", tandis que le parquet de Thionville a ouvert une enquête sur les pratiques du géant de la sidérurgie le 4 juillet.

Selon Le Parisien, dans son édition de ce samedi, plusieurs cagnottes en ligne on été lancées pour venir en aide à l'ancien chauffeur, père de trois enfants, qui n'a pas retrouvé d'emploi. Au moins quatre collectes ont démarré pour soutenir celui que ses défenseurs considèrent comme un "lanceur d'alerte". Elles ont pour l'heure réuni plus de 500 participants et près de 10.000 euros de dons. 

L'une des cagnottes en ligne.
L'une des cagnottes en ligne. © Capture BFMTV.

"Lui montrer qu'il n'est pas seul"

"On souhaite lui offrir une assurance chômage le temps que la justice fasse son travail", explique Bérénice au Parisien. "On veut lui montrer qu’il n’est pas seul", appuie Bastien Marion-Bassaque, chef de projet dans une banque privée à Paris. Les initiateurs de cet action de solidarité travaillent actuellement à fusionner ces cagnottes.

Le bénéficiaire de la collecte, contacté par le quotidien, confesse être à la fois "touché" et "gêné" par l'initiative des internautes. "Je vais pouvoir sortir la tête de l’eau", souffle-t-il, adressant des remerciements aux donateurs. "Ça fait du bien de savoir qu’on est soutenu."

ArcelorMittal a déposé plainte contre X le 7 juillet, dans le but, affirme le groupe sidérurgique, "de faire toute la lumière" sur ces faits. "Si des déversements irréguliers avaient effectivement eu lieu, il s'agirait d'une pratique tout à fait anormale et isolée, totalement contraire à toutes les pratiques du groupe et à ses valeurs", indiquait l'entreprise dans un communiqué.

Louis Nadau