BFMTV

Peu d'annulations de dernière minute à Air France

A l'aéroport de Nice, mardi. Air France a enregistré très peu d'annulations de dernière minute mercredi, au troisième jour d'une grève contre un projet d'encadrer le droit de grève dans les transports aériens. Le programme de vols de la compagnie aérienne

A l'aéroport de Nice, mardi. Air France a enregistré très peu d'annulations de dernière minute mercredi, au troisième jour d'une grève contre un projet d'encadrer le droit de grève dans les transports aériens. Le programme de vols de la compagnie aérienne - -

PARIS (Reuters) - Air France a enregistré très peu d'annulations de dernière minute mercredi, au troisième jour d'une grève contre un projet...

PARIS (Reuters) - Air France a enregistré très peu d'annulations de dernière minute mercredi, au troisième jour d'une grève contre un projet d'encadrer le droit de grève dans les transports aériens.

Le programme de vols de la compagnie aérienne, qui avait annoncé pour la journée 60% de vols long-courriers et 70% de vols court et moyen-courriers était conforme aux prévisions.

"Le nombre d'annulations à la dernière minute reste très limité. Aucun vol long-courrier n'a, à 12h00, été annulé 'à chaud'. Sur le réseau moyen-courrier, les annulations 'à chaud' ont concerné ce matin 5% des vols", dit un communiqué.

Mardi, les annulations de dernière minute ont concerné "plusieurs dizaines de vols, principalement moyen-courriers" et deux vols long-courriers vers Bangkok et La Réunion.

Au total pour cette journée, Air France dit avoir assuré "75% de son programme de vol long-courrier et moyen-courrier, allant également au-delà de ses prévisions".

Depuis le début du mouvement, lundi, la compagnie dit avoir envoyé plus de 150.000 courriels et textos pour informer les clients d'un report ou d'une annulation de vol.

La grève, organisée par les syndicats de pilotes de ligne et la majorité des organisations de stewards, hôtesses et personnels au sol, doit durer jusqu'à jeudi inclus. Air France conseille à ses clients de reporter leur voyage jusqu'après cette date.

Une proposition de loi encadrant le droit de grève dans les transports aériens adoptée fin janvier par les députés sera examinée au Sénat à partir du 15 février. Le texte prévoit une déclaration préalable des grévistes 48 heures avant le conflit et une prévision de trafic pour les usagers, au plus tard 24 heures avant le début de la grève, comme à la SNCF ou à la RATP.

Le gouvernement avait inscrit cette proposition à l'ordre du jour des travaux de l'Assemblée le 20 décembre, au moment où une grève des agents de sûreté perturbait l'activité des aéroports.

Elizabeth Pineau, édité par Gilles Trequesser