BFMTV

Pendant la grève, cet homme marche 30 km par jour pour rentrer du travail

Âgé de 55 ans, Alain Fonteneau est agent d'entretien. Pendant la grève, il choisit de marcher plus de 5 heures pour rentrer de son travail jusqu'à son domicile, dans les Yvelines.

Une deuxième journée après le travail. Alain Fonteneau est employé par une entreprise prestataire en tant qu'agent d'entretien dans les locaux d'Altice Médias, qui abritent BFMTV, dans le 15e arrondissement de Paris. C'est en échangeant avec lui dans nos locaux que nous avons pris connaissance de son périple.

Son domicile se trouve, lui, à La Verrière, dans les Yvelines. Comme de nombreux Franciliens, la grève dans les transports qui dure depuis désormais six jours rend compliqué son trajet pour se rendre au travail. Alors pour rentrer chez lui, il marche pendant plus de cinq heures. 

Agent d'entretien et marathonien 

Habituellement, le quinquagénaire travaille de façon fractionnée à partir de 6h30, parfois jusqu'à 20 heures, pour un salaire de 1200 euros net par mois. Avec la grève, il s'est arrangé pour décaler le début de son travail à 6 heures du matin, ce qui lui permet de partir de La Verrière avec un bus de nuit.

Pour le retour en fin de matinée en revanche, les choses se compliquent. Il peut marcher jusqu'à la gare Montparnasse et prendre le Transilien N ou U. Mais actuellement, ce train ne passe qu'à 16h30, soit 5 heures après la fin de son travail. En seconde option, il peut marcher de son entreprise à chez lui, à plus de 30 kilomètres de là:

"Le tram ne fonctionnait pas, donc je suis allé à pied jusqu'à porte de Versailles. Puis ensuite j'ai marché jusqu'à Saint-Cyr, Saint-Quentin, Trappes et La Verrière", détaille-t-il.
"Je cours le marathon, alors vous savez, 30 kilomètres en marchant, ce n'est pas très épuisant", nous dit-il, fièrement, du haut de ses 55 ans. "J'aime bien marcher de toute façon, donc pour moi, c'est un plaisir", ajoute-t-il.

Un trajet fait au pas de course donc, et qu'Alain aurait pu éviter puisque son employeur lui a proposé de rester chez lui pendant la grève. Mais Alain assure qu'il était nécessaire de venir, "par sens des responsabilités". 

L'homme, qui dans une autre vie a aussi été protagoniste d'un film pour Agnès Varda, Les Glaneurs et la Glaneuse, comme le racontait un reportage de la chaîne locale TV78, est très critique envers le blocage des transports. Il a hâte que cela se termine, et assure en vouloir aux syndicats d'imposer ce quotidien aux usagers:

"C'est un rapport de force. C'est nous qui trinquons! Ils mettent dans l'embarras un certain nombre de personnes qui vont au travail", estime-t-il.

Les kilomètres devraient encore s'accumuler pour Alain Fonteneau, puisque les syndicats à la RATP et la SNCF ont reconduit leur préavis de grève, au moins jusqu'à mercredi.

*Note de la rédaction: Initialement, nous avions écrit qu'Alain avait fait 30 kilomètres "jusqu'au travail". Il s'agit bien de son trajet de retour. 

Justine Fontaine, avec Ivan Valerio