BFMTV

Paris: plusieurs tags antisémites découverts, la justice saisie

Des oeuvres de street-art représentant Simone Veil ont été taguées de croix-gammées.

Des oeuvres de street-art représentant Simone Veil ont été taguées de croix-gammées. - BFM Paris

Deux oeuvres de street-art représentant Simone Veil ont été taguées de croix-gammées. La Ville de Paris porte plainte. En 2018, les actes antisémites ont progressé de 74% en France.

Deux portraits de Simone Veil, réalisés sur des boîtes postales de la mairie du 13e ont été taguées de croix-gammées. Le street-artiste à l'origine de ces oeuvres, Christian Guemy dit C215 a fait part de son indignation sur les réseaux sociaux.

"Honte à celui qui, abject, a défiguré d'une croix gammée mon hommage à Simone Veil, rescapée de la Shoah, peint l'an dernier sur les boîtes aux lettres de la mairie du 13e arrondissement de Paris lors de sa panthéonisation", a écrit l'artiste. "Quelle lâcheté, il est grand temps de se dresser contre la montée de l'antisémitisme en France", a-t-il ajouté. 

Une plainte de la Ville

La maire de Paris Anne Hidalgo a de son côté annoncé qu'une plainte allait être déposée par la Ville. Cet acte antisémite intervient alors que durant le week-end, une inscription "Jude" (juif) a été taguée sur la vitrine d'un restaurant Bagelstein.

"Après la dégradation d'un commerce Bagelstein ce week-end, les antisémites s'en prennent à présent à la figure de Simone Veil. Lâche et abject", a écrit Anne Hidalgo sur son compte Twitter.

Après dépôt d'une plainte, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour dégradations volontaires aggravées et provocation à la haine raciale, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a indiqué dimanche une source judiciaire.

Plusieurs tags antisémites

Plusieurs autres tags antisémites ont été retrouvés dans Paris ce lundi. Sur Twitter, Frédéric Potier, le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) a ainsi posté une photo d'une porte de garage, prise dans le 1er arrondissement, sur laquelle est écrit 'Macron Jews' Bitch". "Tags antisémites jusqu'à la nausée en plein Paris ce WE (week-end, ndlr). Quand la haine des Juifs se recoupe avec la haine de la démocratie, le vocabulaire de la #fachosphère se retrouve sur les murs !", a t-il déploré précisant qu'il avait "saisi le procureur de Paris et le préfet de police". 

Le Diclrah a également retweeté la photo d'un mur du 18e arrondissement sur lequel on peut lire "truie juive". La mairie de cet arrondissement indique sur Twitter avoir elle aussi fait un signalement lundi matin au parquet.

Une inscription visant Emmanuel Macron

Une inscription antisémite visant le chef de l'Etat Emmanuel Macron a également été découverte ce lundi matin sur le siège du Monde, dans le 13e arrondissement. "Micron (sic) Rothschild parce qu'il se vend bien. La putain de la youtrerie universelle", est-il écrit sur le bâtiment du quotidien. Le journal a indiqué qu'il allait porter plainte.

Dans la soirée, Christophe Castaner a annoncé une hausse de 74% des actes antisémites pour l'année 2018 en évoquant "des actes contre la République":

"L'antisémitisme frappe de nouveau. Il se répand comme un poison. Il attaque les esprits. Il assassine. (...) Au nom du gouvernement, je veux dire à chacun et chacune qui font le choix du religieux dans ce pays doivent être et seront protégés", a promis le ministre de l'Intérieur lors d'un point presse à Sainte-Geneviève-des-Bois, où des arbres à la mémoire d'Ilan Halimi ont été sectionné durant le week-end.

Carole Blanchard, Cyrielle Cabot avec AFP