BFMTV

Paris: le stationnement des deux-roues bientôt payant?

Le groupe écologiste au Conseil de Paris veut rendre payant le stationnement des deux-roues.

Le groupe écologiste au Conseil de Paris veut rendre payant le stationnement des deux-roues. - BFM Paris

Le groupe écologiste au Conseil de Paris souhaite lancer une étude sur le stationnement payant des deux-roues motorisés. Une proposition qui rencontre l'opposition des principaux intéressés.

A Paris, les scooters et motos sont garés parfois par dizaine sur les trottoirs. Un stationnement considéré par beaucoup comme anarchique mais qui est toléré tant qu'il n'entrave pas le passage des piétons, fauteuils roulants ou poussettes. Actuellement gratuit, ce stationnement des deux-roues pourrait devenir payant. C'est en tout cas le souhait du groupe Europe Ecologie Les Verts au Conseil de Paris qui souhaite lancer une étude pour définir les futures modalités de paiement. 

"On pourrait par exemple imaginer un forfait à l'année qui serait payé par les propriétaires des deux roues sur l'ensemble de l'année et qui leur permettrait avec une petite vignette qu'ils accoleraient sur leur scooter et leur moto de pouvoir stationner dans l'espace urbain", détaille David Belliard, conseiller municipal écologiste du 11e arrondissement, sur BFM Paris.

Le projet intervient également au moment où de nouveaux horodateurs sont installés dans Paris. Avec ces derniers qui seront généralisés d'ici la fin de l'été prochain, il faudra renseigner sa plaque d'immatriculation pour payer son stationnement. Un horodateur qui signe la fin des tickets de stationnement sur les voitures et qui serait aussi adaptable aux deux-roues. Pour l'élu écologiste l'objectif affiché est également de "transformer la ville pour amener Paris à être une ville moderne et une ville écologiquement responsable".

Une mesure "motophobe"

Mais pour Jean-Marc Belotti, de la fédération des motards en colère cette mesure est portée par des écologistes "extrémistes" et "motophobes". Pour lui, rendre le stationnement payant aux deux-roues pourrait avoir des effets sur le trafic routier.

"Ils contribuent énormément de par leur mobilité, à la fluidification du trafic. Ce sont souvent des gens qui viennent de banlieue et qui ont besoin d'avoir un moyen de transport personnel pour venir à Paris, pour différentes raisons. Si tous ces gens-là devaient demain devaient repasser sur la voiture (...) vous imaginez bien ce que ça pourrait faire", signale-t-il. 

La mesure proposée par les écologistes n'a pour l'heure pas été retenue par le Conseil de Paris. Si elle était finalement mise en place, elle n'entrerait pas en vigueur avant janvier 2018.

C. B avec Dah Magassa