BFMTV

Paris: le campement de migrants de Stalingrad évacué

Entre 2.000 et 2.500 migrants sont installés à Stalingrad, dans le nord de Paris. Ce lundi, ils sont contrôlés par les forces de l'ordre. En fonction de leur situation, certains sont arrêtés, d'autres sont dispersés.

L'évacuation du campement de migrants de Stalingrad avait été annoncée par Manuel Valls. Les forces de l'ordre sont finalement intervenues ce lundi, vers 8 heures boulevard de La Villette, dans le 19eme arrondissement de Paris pour une "opération de contrôle".

Les demandeurs d'asile dispersés

Pendant l'opération, la police divise les migrants entre les sans-papiers et ceux qui disposent de demandes d'asile. Ces derniers sont dispersés, aucune solution d'hébergement ne leur est proposée, quand les sans-papiers sont sous le coup d'une "procédure administrative" dont l'objectif est une reconduite à la frontière. Entre 2.000 et 2.500 migrants sont installés vers Stalingrad.

Les associations n'étaient pas prévenues de cette opération, lorsque la police est arrivée elles avaient à peine eu le temps de prévenir les réfugiés. L'envoyée spéciale de BFMTV évoquait des tensions entre les migrants et les forces de l'ordre, les réfugiés n'ayant pas pu récupérer leurs affaires et leurs tentes. 

Un "tri" avant une évacuation 

D'après la préfecture de police, il s'agit d'une "opération de contrôle administratif", avant une future évacuation dont la date n'a pas été indiquée. L'objectif selon les autorités est de garder sur place uniquement les demandeurs d'asile pour ensuite les prendre en charge et les loger. Selon nos informations, une opération de ce type a eu lieu la semaine dernière et conduit à l'arrestation de 18 personnes en situation irrégulière.

Le camp de réfugiés de la Porte de la Chapelle devrait ouvrir prochainement. Il pourra accueillir 400 migrants à l'ouverture, puis 600. Mais ce camp "n'a pas vocation a accueillir les migrants déjà présents à Stalingrad", prévenait Anne Hidalgo dans une lettre adressée à Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse. D'après la maire de Paris, son rôle est de "proposer une prise en charge au fil de l'eau, digne et rapide, des 70 à 80 migrants nouveaux arrivant chaque jour sur le territoire parisien". 

Des évacuations ont régulièrement lieu dans le quartier, comme en septembre dernier, où 1.500 personnes ont été délogées. Mais sans autre solution d'hébergement, les migrants se réinstallent systématiquement au même endroit. 

M.L.