BFMTV

Paris, Bourges: où va se dérouler la 9e journée de mobilisation des gilets jaunes?

Un rassemblement de gilets jaunes - Image d'illustration

Un rassemblement de gilets jaunes - Image d'illustration - AFP

Si Paris restait privilégiée ces dernières semaines, certains gilets jaunes souhaitent délocaliser la manifestation et la ville du Cher semble désignée.

A l'aube de l'"acte 9" de la mobilisation des gilets jaunes, qui doit se tenir ce week-end, la contestation pourrait prendre une forme nouvelle. Alors que les manifestants voulaient depuis plusieurs semaines converger vers Paris, certains d'entre eux souhaiteraient "délocaliser" la manifestation nationale en province.

C'est le cas de l'autoentrepreneuse Priscillia Ludosky et du Breton Maxime Nicolle, qui ont choisi Bourges, le chef-lieu du Cher, comme épicentre de la mobilisation du 12 janvier. Au centre de la France, cette préfecture est "une ville un peu moins connue des forces de l'ordre pour éviter qu'il y ait du 'nassage' (encerclement, ndlr) de fait, que la tension monte", a expliqué l'intérimaire dans une interview au média Konbini. 

Inquiétude à Bourges

Jeudi midi, aucune demande d'autorisation de manifestation n'avait encore été déposée, selon la préfecture. Pourtant, 2700 participants disaient vouloir s'y rendre sur Facebook et 13.000 personnes étaient intéressées ce vendredi matin. Inquiète, la ville démonte ses horodateurs, fait retirer les engins de chantier et fermera ses musées samedi.

Pour le maire MRSL de la ville, Pascal Blanc, les inquiétudes sont multiples: "C'est l'inconnue quant au nombre de manifestants et sur la manière dont ça va se passer. Est-ce que ce sera pacifique ou est-ce qu'il y aura des débordements?" 

L'appréhension se ressent aussi chez les commerçants, pour qui ce premier weekend de soldes est capital. 

"Je ne vais pas faire rendre de risques à mon personnel. C’est un très gros samedi pour nous et ce sera une grosse perte que l’on ne pourra pas rattraper" explique l'une d'entre elles au micro de BFMTV.

Rassemblement à La Défense? 

De son côté, le chauffeur routier Éric Drouet, autre figure du mouvement des gilets jaunes, semble privilégier Paris. Le lieu de rassemblement, annoncé à La Défense sur Facebook - avec 3100 participants et 16.000 personnes intéressées ce vendredi matin - devrait être dévoilé au dernier moment, comme lors des autres samedis. Comme à Bourges, du matériel urbain a été retiré dans plusieurs quartiers parisiens, ce qui n'avait pas été le cas la semaine passée.

Et le dispositif de sécurité pour ces deux manifestations, mais aussi pour les autres rassemblements en France, s'annonce "considérable" selon le Premier ministre Édouard Philippe: 80.000 policiers et gendarmes, dont 5.000 à Paris, soit le niveau de la mi-décembre

Des mobilisations dans plusieurs villes

D'autres actions sont annoncés dans plusieurs villes: Bordeaux, Marseille, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Lille, Nantes, Rennes... Les manifestants prévoient aussi une reprise des blocages et certains appellent à retirer leur argent des banques, sans toutefois susciter l'inquiétude du secteur. Ils sont soutenus par Solidaires, seul syndicat à appeler à rejoindre les cortèges.

Après une baisse de la mobilisation pendant les fêtes, les "gilets jaunes" ont réussi leur pari pour leur acte 8, le 5 janvier: avec 50.000 manifestants partout en France, selon le gouvernement, la contestation a rebondi et montré sa résistance à l'usure. 

Hugo Septier