BFMTV

Gilets jaunes: dispositif de sécurité renforcé ce samedi, avec 80.000 policiers et gendarmes

80.000 policiers et gendarmes seront déployés dans la France.

80.000 policiers et gendarmes seront déployés dans la France. - AFP

Après les violences du week-end dernier, le gouvernement a décidé de lancer un message de fermeté aux manifestants en déployant 80.000 policiers et gendarmes dans toute la France.

"A l’ultra violence, nous opposerons l’ultra fermeté." Les mots sont ceux du ministre de l'Intérieur, il y a trois jours, lors des traditionnels voeux aux forces de l'ordre. Ce sont surtout ceux prononcés par le "premier flic de France" à quelques jours d'une nouvelle journée d'action des gilets jaunes. Pour que les violences du week-end dernier ne se reproduisent pas, ce sont pas moins de 80.000 policiers et gendarmes qui seront déployés dans toute la France samedi, pour la nouvelle journée de mobilisation des gilets jaunes, qui prévoient notamment une action à Bourges.

Le dispositif de samedi pour la manifestation sera "globalement le même" que celui du samedi 8 décembre, où 89.000 membres des forces de l'ordre avaient été mobilisés. Une cinquantaine de détachements d'action rapide, formés de 20 à 25 policiers, avec pour mission de procéder à des interpellations, viendront en appui des 5.000 membres des forces mobiles seront sur le terrain dans la capitale. A Paris, une quarantaine de commissariats et le dépôt de l’ancien Palais de justice sont réquisitionnés pour permettre 1.000 gardes à vue si besoin. Autre élément du message de fermeté du gouvernement: 14 véhicules blindés de la gendarmerie seront à nouveau positionnés.

Depuis le 1er décembre, les consignes ont changé. Fini les points de filtrage statiques. Policiers et gendarmes, plus mobiles, vont plus rapidement au contact. L'accent est également mis sur des interpellations en amont des manifestations.

"On monte encore en volume et surtout en technique opérationnelle pour éviter ces débordements, (de) cette minorité extrêmement violente qui veut déstabiliser nos institutions, et qui prend en otage les commerçants et la population des centres-villes", a précisé Laurent Nunez, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur.

Travail des Renseignements

Attaque du ministère de Benjamin Griveaux avec un engin de chantier, gendarmes victimes de violences, les images de samedi dernier restent présentes. "La manifestation de samedi pourrait ressembler à celles des dernières semaines, avec une grosse mobilisation, et je parle d'une mobilisation de casseurs, estime Thomas Toussaint, du syndicat Unsa police. On sait qu'il y aura une mobilisation des fonctionnaires de police quasi à 100% pour la partie CRS et à 100 % pour la partie préfecture de police."

Et d'ajouter: "On est en mesure de penser qu'il y a déjà un travail qui a été effectué par les Renseignements, qui a plus ou moins déjà déterminé que la participation sera importante."

Autre mesure pour éviter les débordements: le préfet de police de Paris a signalé, mercredi et jeudi, trois vidéos au parquet de Paris, sur la base de l’article 40 du code pénal, qui oblige toute autorité constituée constatant un délit à en avertir le procureur. Ces trois vidéos, qui circulent sur les réseaux sociaux, et qui mettent en scène des membres de la communauté des gens du voyage, appellent cette communauté à venir en masse samedi à Paris pour, notamment, commettre des exactions, s’en prendre aux policiers et faire tomber le gouvernement.
Justine Chevalier avec le service police-justice de BFMTV