BFMTV

Nord: la solidarité autour des orphelins de Marly continue

Les dons arrivent du monde entier pour venir en aide à la famille Bayeuil.

Les dons arrivent du monde entier pour venir en aide à la famille Bayeuil. - -

A Marly, dans le Nord, l'élan de solidarité autour de la fratrie Bayeuil continue. Leurs deux parents et un de leurs frères sont décédés en mai dans un accident de voiture: les dons arrivent de toute la France pour subvenir à leurs besoins.

Ils avaient perdu leurs deux parents et un de leurs frères dans un accident de voiture survenu le 31 mai dernier. Dans le Nord, l'élan de solidarité autour des sept enfants de la famille Bayeuil continue.

Les deux aînés de cette fratrie vivant à Marly, près de Valenciennes, avaient récemment lancé un appel afin de pouvoir subvenir aux nombreuses dépenses qui s'ajoutent à leur deuil. L'élan de solidarité a été rapide et immense, si bien que la famille n'a plus besoin de dons matériels.

La famille stupéfaite

"La famille a été stupéfaite", indique Khaled Sidi-Mouzza, du centre d'action sociale de Marly. "Elle ne s'attendait pas à recevoir autant de colis et autant d'aide financière."

Les colis continuent en effet d'arriver de toute la France, mais aussi des Etats-Unis ou même du Congo. Les paquets contiennent des vêtements et des livres et, toujours, un petit mot réconforant. "Au niveau de tout ce qui est matériel, je pense que cela suffira", ajoute Khaled Sidi-Mouzza.

Ne pas séparer la fratrie

C'est au niveau financier que les Bayeuil continuent d'avoir des besoins importants: il faut penser à la sécurité financière de la fratrie sur le long terme. Ainsi, une association locale de basket a décidé d'organiser un tournoi en leur faveur.

"[Il faut] savoir ce que deviennent ces enfants, voir s'ils ont un bon suivi. Un suivi psychologique certes mais surtout un bon accompagnement au niveau du cadre familial", indique Virginie Melki Tettini, une membre du club. Un avocat a par ailleurs proposé de s'occuper du dossier d'adoption des enfants. Il s'agit du dernier souci à régler: convaincre le juge de ne pas séparer la fratrie.