BFMTV

Mariage homo : des dizaines de milliers d'opposants ont défilé

-

- - -

Les associations opposées au mariage des homosexuels se mobilisent. Des manifestations sont organisées dans 13 villes de France.

La "manif pour tous" contre le mariage pour tous. Des dizaines de milliers d'opposants au mariage homosexuel ont manifesté samedi dans plusieurs villes de France, appelés par un collectif qui dénonce le projet de loi présenté en Conseil des ministres début novembre et appelle à "défendre les socles de la société". D'autres manifestations sont prévues dimanche à l'appel de l'institut Civitas, proche des catholiques intégristes.

>> Toulouse : la police tire des gaz lacrymogènes contre les partisans du mariage gay 

Bleu, blanc, rose

Samedi, un collectif baptisé "La Manif pour tous" invitait les manifestants à s'habiller en "bleu, blanc, rose" pour des défilés prévus samedi à Rennes, Metz, Nantes, Dijon, Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse ou Paris. Dans la capitale, plusieurs milliers de personnes - plusieurs centaines de milliers selon les organisateurs - ont défilé samedi après-midi de Denfert-Rochereau (XIVe arrondissement) pour arriver place Vauban, aux Invalides, "tombeau de Napoléon, fondateur du Code civil".

Frigide Barjot contre le mariage gay

Le collectif entend dire "non à un bouleversement majeur et dangereux" qui "ignorera désormais les deux piliers de l'identité humaine : la différence sexuelle et la filiation". Il est notamment mené par Frigide Barjot, fondatrice du Collectif "Pour l'Humanité durable", Xavier Bongibault, de "Plus gay sans mariage" (homosexuels opposés au projet de loi), ou Laurence Tcheng, de "La gauche pour le mariage républicain".

"La manif pour tous" revendique aussi le soutien de plusieurs délégations locales des Associations familiales catholiques (AFC), les Fils de France, des musulmans "patriotes", ou encore de l'association pro-vie Alliance Vita. "Nous voulons que la société continue d'être structurée sur la base d'un père, d'une mère et des enfants et c'est le mariage civil qui institutionnalise cela", a dit à l'AFP Frigide Barjot. "Avec le projet de loi, les termes de père et mère vont totalement disparaître", a-t-elle ajouté.

Benoît Lordelot et Iris Lebrun avec AFP