BFMTV

Un organisme indépendant fournit un comptage des manifestants à BFMTV et d'autres médias

Après chaque manifestation, la question du nombre de manifestants, comptés à la fois par la police et par les syndicats, offre un contraste saisissant. Pour sortir de cette impasse et parvenir à une vision plus précise de l'ampleur des cortèges, de nombreux médias, dont BFMTV, se sont associés au cabinet Occurrence pour tester un comptage indépendant.

Huit mille manifestants à Paris selon la préfecture, 40.000 selon la CGT. Ce sont les états des lieux, sensiblement différents, livrés respectivement par la préfecture de Paris et la CGT ce jeudi pour la quatrième journée de mobilisation contre la politique économique et sociale d'Emmanuel Macron. Le contraste entre les chiffres des autorités et les évaluations syndicales est un grand classique de chaque manifestation.

Pour sortir de cette impasse, de nombreux médias français, parmi lesquels BFMTV, se sont associés pour commander un comptage indépendant, à valeur de test, au cabinet Occurrence. Selon ce dernier, il y avait 8250 manifestants pour porter la protestation dans les rues de Paris ce jeudi. 

Une méthodologie fondée sur un algorithme

Un écran à l'appui, Jocelyn Munoz, responsable digital de l'organisme indépendant Occurrence, a expliqué devant nos caméras la méthodologie employée pour mener à bien cette expérimentation: 

"C’est exactement comme un portique chez Leclerc quand on rentre dans le magasin. De la même manière que vous êtes comptés quand vous êtes dans l’espace de la grande surface, c’est ici la même chose, il s’agit du moment où vous êtes comptés concrètement par notre algorithme. Donc les flèches vertes sont celles qui entrent dans la manifestation, de République vers Nation, et les flèches rouges indiquent les personnes allant de Nation vers République donc que l’on ne compte pas dans la manifestation puisqu’elles vont à contresens."

On peut noter également qu'Occurrence effectue un comptage avec deux capteurs placés en hauteur, au troisième étage d'un hôtel par exemple, qui tracent une ligne virtuelle sur la rue: chaque manifestant qui franchit cette ligne est ainsi comptabilisé. Les trottoirs sont pris en compte. 

En parallèle, sont effectués des "micro-comptages humains". La manifestation est filmée pendant 20 à 30 secondes à différents intervalles et différentes "intensités". Les manifestants sont recomptés humainement sur ces extraits vidéo pour ajuster le décompte fait par les capteurs, et déterminer une marge d'erreur du capteur. Grâce à cette méthodologie, les médias partenaires peuvent espérer obtenir à un comptage précis et non plus une simple estimation. 

Le procédé pourrait être généralisé

Céline Pigalle, directrice de la rédaction de BFMTV, rappelle que si des tentatives similaires avaient été opérées par le passé, elles ont toutes, jusqu'ici, tourné court. Elle apporte quelques éclairages sur les coulisses de cette initiative:

"Cette fois-ci l'initiative a été lancée par l'éditorialiste politique de France Inter, Thomas Legrand, qui a sollicité tous les grands médias français pour se joindre au mouvement . Dans l'idée qu'on ne pouvait plus, à l'heure des fake news, renvoyer dos à dos les chiffres des syndicats et ceux de la préfecture sans trouver le moyen de produire un chiffre fiable et vérifié par nous-mêmes. De nombreux médias envisagent de s'y associer de Mediapart à France télé, en passant par Europe 1, RMC, France Info et d'autres encore. Et BFMTV souhaite aussi participer à ce projet."

L'expérimentation menée ce jeudi était en fait un second test afin d'évaluer la fiabilité du procédé. Ce comptage indépendant pourrait être adopté à l'avenir pour mesurer l'ampleur des mouvements sociaux s'il fait l'objet d'un accord entre les différents organes de presse lors d'une prochaine réunion. 

Robin Verner