BFMTV

PSA: les salariés reversent leurs primes aux Restos du coeur

Les salariés de PSA Peugeot Citroën sont mécontent du montant de leurs primes d'intéressement pour 2013.

Les salariés de PSA Peugeot Citroën sont mécontent du montant de leurs primes d'intéressement pour 2013. - -

Les salariés de l'usine PSA à Valenciennes ont décidé de reverser leurs primes d'intéressement pour 2013, qu'ils trouvent trop basses. Ils estiment aussi que le salaire du nouveau numéro un du groupe Carlos Tavares est trop élevé.

"On n'est pas des clochards." Les salariés de PSA à Valenciennes ne décolèrent pas. Ils ont reçu entre 45 centimes et 18 euros de prime d'intéressement pour l'année 2013. Une "aumône" selon eux: certains ont donc décidé de verser la prime aux Restos du coeur. Pour l'instant, ils ont récolté 153 chèques, pour un montant de 1.700 euros.

Une action symbolique

"C'est une décision venue des ateliers", explique Cédric Brun, secrétaire CGT de PSA Peugeot Citroën à Valenciennes, joint au téléphone par BFMTV.com. La mesure se veut symbolique: "Un investissement pour l’avenir car beaucoup d’entre nous sollicitent déjà les associations pour subvenir à leurs besoins vitaux", explique la CGT dans un communiqué.

La CGT compare également le montant des primes versées aux salariés par rapport à celles des autres constructeurs automobiles. A niveau de vente équivalent, les salariés de Renault ont ainsi touché entre 1.200 et 1.500 euros, indique le syndicat.

Les ouvriers, qui sortent d'un long conflit avec la direction, ont préféré ce geste symbolique à la grève. Cédric Brun espère que l'action des salariés de Valenciennes, qui devraient être rejoints par ceux de Saint-Ouen, poussera l'Etat, prochainement actionnaire de PSA, à demander une revalorisation salariale.

"On se moque de nous"

Alors que les syndicats et la direction de l'entreprise ont signé un plan de compétitivité prévoyant notamment le gel des salaires en 2014, Cédric Brun déplore une "provocation" de la direction. "On a reçu notre chèque le jour où l'on a appris le salaire de Carlos Tavares [le nouveau numéro un de PSA, ndlr]".

Le nouveau président du directoire du constructeur automobile devrait en effet toucher un salaire brut de 1,3 million d'euros par an, auquel s'ajoutera une part variable, a assuré Le Figaro. Cette part variable pourra s'élever à un "montant maximum représentant 150% de sa rémunération fixe", a indiqué le document de référence du groupe, publié vendredi (page 197).

Carlos Tavares devrait ainsi toucher le même niveau de salaire que son prédecesseur en 2010, avant que le groupe ne rencontre des difficultés économiques, assure Le Figaro. "On se moque de nous alors que nous avons accepté de faire énormément de sacrifices", regrette Cédric Brun. La direction de PSA Peugeot Citroën n'a pas souhaité s'exprimer sur la question.

Maxence Kagni