BFMTV

Plusieurs milliers de manifestants pour défendre une maternité dans l'Orne

BFMTV

Plusieurs milliers de manifestants ont défilé samedi après-midi dans les rues de L'Aigle (Orne) pour défendre le centre hospitalier de la commune, notamment sa maternité.

"Les grandes métropoles ne doivent pas accaparer tous les services et toutes les richesses, l'accès aux soins doit être aussi permis à L'Aigle", a affirmé devant les manifestants la députée-maire de la commune, Véronique Louwagie (Les Républicains).

En juillet dernier l'hôpital a dû fermer son service de chirurgie ambulatoire, car "l'établissement n'était pas autorisé à réaliser une activité de chirurgie ambulatoire", selon l'Agence régionale de santé (ARS) de Basse-Normandie. Désormais élus et syndicats craignent la fermeture d'autres services comme la maternité dans le cadre d'un programme de réorganisation des services hospitaliers dans la région.

Environ 5.000 personnes ont manifesté samedi, selon Véronique Louwagie. Ils étaient 3.000 selon la police. Dans le cortège, qui défilait derrière une banderole "Ensemble défendons notre hôpital", de nombreux élus étaient présents mais aussi beaucoup de familles accompagnées de bébés en poussettes et d'enfants nés à la maternité de L'Aigle.

Quelque 400 personnels hospitaliers, arrivés en cortège de l'hôpital, étaient aussi mobilisés, dont 95 portant des masques blancs symbolisant le nombre d'emplois qui seraient supprimés si l'établissement perdait sa maternité et sa chirurgie, comme les syndicats le craignent, lors de la prochaine réorganisation des services.

Véronique Louwagie a précisé qu'elle doit rencontrer la ministre de la Santé Marisol Touraine le 29 septembre sur le dossier de l'hôpital et qu'une "mission d'appui" doit se rendre à L'Aigle dans quelques jours et devrait rendre sa décision au printemps prochain.

Selon les syndicats une pétition pour la sauvegarde de l'hôpital a déjà recueilli 18.000 signatures.

la rédaction avec AFP