BFMTV

MyFerryLink: le gouvernement propose une nouvelle Scop et la reprise de 380 salariés

BFMTV

Après plusieurs bras de fer et coups de force, les salariés de MyFerryLink voient peut-être une issue au conflit. Le gouvernement a proposé la création d'une nouvelle Scop de 150 salariés et l'embauche de 230 autres par le groupe danois DFDS, pour reprendre les activités de la Scop SeaFrance, qui devra être liquidée avant fin août, selon le protocole d'accord rendu public jeudi par le secrétariat d'Etat aux Transports.

Le texte en neuf points prévoit que le groupe Eurotunnel, propriétaire des trois navires exploités par MyFerryLink, "s'engage à passer un contrat d'affrètement du navire Nord-Pas-de-Calais avec une nouvelle Scop constituée par 150 salariés sociétaires de la Scop SeaFrance".

Ces 150 salariés devront être choisis "d'un commun accord" par Eurotunnel et les dirigeants du conseil de surveillance de la Scop SeaFrance, ou à défaut par "un médiateur désigné par le secrétaire d'Etat" chargé des Transports, Alain Vidalies.

Une date butoir lundi pour accepter l'accord

Enfin, les signataires devront renoncer à poursuivre les procédures judiciaires engagées et convenir que la liquidation de la Scop SeaFrance "est inéluctable avant la fin du mois d'août". L'ensemble du protocole "forme un tout et ne peut être accepté que dans globalité au plus tard lundi à 14H30", ajoute le secrétariat d'Etat aux Transports.

Le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, qui devait se prononcer jeudi sur la liquidation de la Scop, a été saisi par les avocats de la Scop d'une demande de report au 28 juillet. Les juges se prononceront sur ce point à 16H00.

la rédaction avec AFP