BFMTV

Maoris, douaniers et voltige aérienne: ce qu'il ne faut pas manquer du défilé du 14-Juillet

Un guerrier maori répète sur les Champs-Elysées avant le défilé du 14-Juillet

Un guerrier maori répète sur les Champs-Elysées avant le défilé du 14-Juillet - Thomas Samson - AFP

Cette année, le défilé du 14-Juillet réserve à ses spectateurs quelques nouveautés. Entre la présence de guerriers maoris, le premier défilé des surveillants pénitentiaires et un numéro de haute voltige inédit, voici ce qu’il ne faut pas rater.

Des guerriers maoris à l’ouverture

Invitées d’honneur du défilé, l’Australie et la Nouvelle-Zélande défileront en tête de cortège. Les deux pays d’Océanie ont été conviés pour commémorer la bataille de la Somme, dont le centenaire a été fêté le 1er juillet dernier à Thiepval. Des dizaines de milliers de combattants avaient péri durant la bataille. Huit guerriers maoris, suivis de 72 militaires néo-zélandais et de 133 militaires australiens, seront chargés d’honorer leur mémoire tout en mettant en avant la culture de leurs pays.

Le retour des douaniers, la première des surveillants de prison

  • C’est une grande première. 49 agents douaniers et 47 surveillants de prison, qui ne sont pas considérés comme des forces militaires, défileront ce jeudi. Cela faisait presque 100 ans que les douaniers n’avaient pas participé à un défilé du 14-Juillet, mais leur engagement dans la défense du territoire dans un contexte de risque terroriste accru leur aura valu une place. Les surveillants pénitentiaires défileront, eux, pour la première fois de leur histoire. Le ministre de la Défense Jean-Jacques Urvoas s’est d’ailleurs montré enthousiaste à propos de leur participation. "C’est une forme de gratitude de la nation vis-à-vis des 27.000 surveillants qui font un travail indispensable", a-t-il déclaré mercredi matin sur BFMTV.

Le "Boudin" des légionnaires

Présents chaque année, les forces de la légion étrangère sont devenues une des attractions du 14-Juillet. Les pionniers du 1er régiment, la 13ème demi-brigade de Légion étrangère et la musique de la Légion exécuteront leur marche particulière, plus lente que celles des autres régiments. Le "Boudin", nom de la marche, a une cadence de 88 pas par minute, contre 120 pas par minute pour le régime général et 140 pas par minute pour les chasseurs alpins.

250 chevaux et 50 chiens au rendez-vous

Les animaux seront eux aussi mis à l’honneur lors du défilé. 50 chiens d’élites du 132ème bataillon cynophile de l’armée de Terre, formés pour accompagner les membres de l’armée de Terre, de l’air et de la marine, défileront aux côtés de leurs maîtres. 250 chevaux, notamment ceux de la Garde républicaine, fouleront également les pavés des Champs-Elysées. Un système a été mis en place en cas de panique d'un des chevaux. S'il pose problème avant le début du défilé, il sera remplacé par un cheval de réserve. Une fois le défilé lancé, les vétérinaires accompagnant le cortège ne pourront qu’évacuer un animal réticent.

De la voltige aérienne en clôture

Un numéro de haute voltige est prévu pour clôturer le défilé. Pour la première fois de l’histoire, des voltigeurs animeront le ciel parisien à coups de vrilles et de tonneaux. Parmi eux, il y aura notamment le colonel Alexandre Orlowski, qui a remporté le titre de champion du monde de voltige en individuel et en équipe en 2015. Il laissera jeudi une traînée blanche dans le ciel pour compléter le drapeau tricolore.

F. H.