BFMTV

Manifestation à Paris contre le racisme et les violences policières

BFMTV

Quelques centaines de personnes ont manifesté samedi à Paris pour dénoncer le racisme et protester contre les violences policières. Un premier cortège, parti de la station de métro Barbès dans le XVIIIe arrondissement, a défilé "contre la guerre, le racisme et le colonialisme", répondant à l'appel de plusieurs organisations telles que Droits devant!, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ou l'Union juive française pour la paix, à l'occasion de la journée internationale de lutte contre le racisme. "On voit aujourd'hui le racisme se développer à vitesse grand V", a déploré Jean-Claude Amara, du collectif Droits devant!, en dénonçant un climat "profondément délétère, qui entretient la peur de la population".

"Les frontières tuent aujourd'hui, c'est un fait", a soupiré Mona (le prénom a été changé), venue en soutien au Collectif des sans-papiers, et qualifiant d'"horreur" l'accord conclu la veille par les Etats européens avec Ankara pour renvoyer tous les migrants vers la Turquie. Aux cris de "Solidarité avec les réfugiés" ou "Boycott Israël", brandissant des pancartes "on ne veut pas d'une France vallsiste" ou "migrants d'hier et d'aujourd'hui en guerre contre la misère", les manifestants ont descendu le boulevard de Magenta pour rejoindre, devant la Gare du Nord, un second rassemblement visant à dénoncer les violences policières.

Les manifestants, brandissant des pancartes "Ni oubli ni pardon" ou "Face a la police légitime défiance", protestaient contre l"impunité" des forces de police et "les mesures exceptionnelles prises dans le cadre de l'état d'urgence", prolongées jusqu'à fin mai. Portant les portraits de proches victimes de violences policières, des membres du collectif "Urgence notre police assassine" ont ouvert le défilé commun qui devait ensuite se diriger vers la station de métro Ménilmontant.

la rédaction avec AFP