BFMTV

Loi El Khomri: étudiants et lycéens mettent la pression

Avant la grande journée de mobilisation de jeudi, étudiants et lycéens n'entendent pas céder un pouce de terrain face au texte défendu par la ministre du Travail.

Retrait. Les revendications des lycéens et étudiants concernant la loi travail tiennent en un mot. Ils ne veulent pas de la loi travail qui, selon eux, fragilisera leur avenir professionnel. Ils continuent de se mobiliser pour la manifestation de ce jeudi. 

A Lille 1, comme dans d'autres facultés, les étudiants occupent l'amphithéâtre qu'ils ont transformé en salle de travail sur la loi El-Khomri. Ils s'y relaient jour et nuit. C'est là qu'ils préparent leurs banderoles et peaufinent leurs slogans.

"Pour l'instant le collectif est sur le retrait complet de la loi travail, nous avons déjà acté ça. La Coordination nationale des étudiants a mis en place plusieurs propositions", explique l'un d'eux.

Un appel de la Coordination nationale étudiante relayé par Bastamag.fr, rappelait le 22 mars, la teneur de ces revendications. Parmi elles, le retrait du texte bien sûr, mais aussi la réduction du temps de travail à 32 heures et la levée de l'état d'urgence.

Jeudi, les étudiants pas seuls dans la rue le 31 mars

La journée de jeudi sera un test de plus pour loi El Khomri, que la ministre a défendue devant les députés mardi soir. Des grèves et manifestations prévues partout en France. La mobilisation s'annonce large: fonctionnaires, salariés d'Air France ou des ports et docks sont appelés à cesser le travail, tout comme la RATP et la SNCF. Les députés écologistes, dont Cécile Duflot et Noël Mamère, vont participer aux défilés.

Les syndicats prévoient une mobilisation plus importante que celle du 9 mars, où plus de 200.000 personnes avaient défilé dans l'Hexagone (450.000 selon les organisateurs). 

D. N. avec Emmanuelle Geuns et Anne-Sophie Warmont