BFMTV

Les vrais chiffres de la manifestation

-

- - -

Les comptages de la manifestation d'hier prêtent une nouvelle fois à confusion. Qui croire ? Eléments de réponse à Paris avec la CGT... et la Police.

« Nous partîmes 500. Et par un prompt renfort, nous nous vîmes... » Justement, combien au final ? Au lendemain des manifestations, se pose encore l'éternelle question : quels sont les vrais chiffres de la mobilisation ? Entre le ministère de l'Intérieur, qui a recensé 1 million de participants dans toute la France, et la CGT, qui a, de son côté, comptabilisé plus de 2.5 millions de manifestants... Qui croire ?

Pour la CGT : plus de 2,5 millions de manifestants dans toute la France

Maryse Dumas, secrétaire confédérale de la CGT, maintient le chiffre annoncé de 2,5 millions pour toute la France. Ce sont les infos locales remontées par les différentes sections chargées de l'organisation et de l'encadrement des défilés. Et encore, à l'en croire, tous les grévistes n'ont pas été comptés : « Demain, après-demain, on va s'apercevoir que des gens qui n'ont pas pu manifester ont choisi de se montrer d'une autre façon : ils auront utilisé un temps de pause pour sortir sur le trottoir de leur entreprise avec un badge, une pancarte... ou distribuer un tract au rond-point. Ça, le premier jour, on ne le sait pas. Il faut plusieurs jours pour qu'on arrive à tout mesurer. »

Côté policier, une méthode infaillible ?

Côté policier, on avance les arguments d'une technique de comptage quasi infaillible. Gilles Viart, secrétaire général adjoint du syndicat de police FGP-FP, explique les mesures de recensement sur le défilé parisien : « On a demandé aux policiers de la direction du renseignement de la Préfecture de Police de se mettre en haut d'un immeuble. Ils avaient deux appareils de comptage et devaient faire remonter les chiffres toutes les demi-heures à la Préfecture pour un comptage global. Ce sont des appareils qui peuvent bien délimiter des zones précises et avec lesquels le chiffre de manifestants se rapproche du véritable chiffre. »

Une volonté politique de minimiser le mouvement

Alors, les syndicats pipeauteraient les chiffres ? Le ministère de l'Intérieur a raison en annonçant par exemple 65 000 manifestants dans les rues de Paris ? Pas si simple, nous dit Gilles Viart : « Sur Paris, on était plus proche des 250 000 que des 65 000 manifestants, pour être très honnête. J'étais à la dispersion place de l'Opéra, y'avait énormément de monde. Donc, là, il y a, à un moment donné, une volonté politique à minimiser ce mouvement, cette manifestation de grogne sociale. Ce qui explique ce gros écart entre les chiffres du ministère de l'Intérieur et ceux des confédérations syndicales qui organisaient ce genre de mouvement. »

La rédaction