BFMTV

Des policiers pour remplacer les grévistes?

-

- - -

Les agents de sûreté entament leur sixième jour de grève. Pas de grandes perturbations, mais le gouvernement veut en finir : 400 policiers et des gendarmes pourraient assurer les contrôles de sécurité dans les aéroports. Une bonne chose?

C'est le sixième jour de grève pour les agents de sûreté dans les aéroports de France. Ce mercredi, les vols devraient être assurés à Roissy et Lyon. Situation identique à Nice, malgré le fait que 4 syndicats viennent de voter la grève. Les négociations de la dernière chance entre direction et syndicats se poursuivent, mais la CGT a déjà claqué la porte de la réunion. L'organisation qui représente les sociétés de sécurité a déclaré hier mardi que la demande de prime mensuelle de 200 euros est incompatible avec les résultats des entreprises. Le mouvement pourrait être reconduit jeudi. Pour l'instant, pas de policiers en vue dans les aéroports. Le Ministère de l'intérieur a annoncé le recours à 400 policiers et gendarmes pour faire le travail des agents, en cas de poursuite du mouvement.

« Je ne souhaite pas que la police soit briseuse de grève »

« La police n'est pas là pour réler un conflit social, affirme Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat de police SGP FO, ce mercredi sur RMC. Je ne souhaite pas qu'on fasse jouer à la police le rôle de briseur de grève. Il ya quelques années on a décidé que la sécurité aéroportuaire serait confiée au système privé, pour économiser de l'argent. Je ne comprendrais pas que lorsque le système privé pose problème, on fasse appel à des fonctionnaires qui ont un statut particulier et ne peuvent pas faire grève, pour justement briser la grève. »

« On ne peut pas bloquer les gens dans les aéroports »

Eric Diard est député UMP des Bouches-du-Rhône et maire de Sausset-les-Pins. Il est à l'origine d'une proposition de loi qui vise à imposer aux salariés du secteur du transport aérien de déclarer toute grève au moins deux jours à l'avance. « C'est la décision ultime mais s'il faut passer par là, on le fera. Nous sommes trop près des fêtes, trop de personnes sont engagées à prendre l'avion, on ne peut pas les bloquer dans les aéroports. C'est important que le service soit assuré pendant ces quelques jours, donc je pense que c'est une bonne chose. »

« Ce n'est pas le travail de la police! »

Jean Jacques Urvoas est député du Finistère, secrétaire national du PS chargé de la sécurité. « La police est là pour protéger les citoyens, et pas de servir de supplétif
à l'exercice normal d'un droit de lgrève. Ce n'est pas son travail de fouiller les bagages. C'est une forme de mépris pour les salariés qui exercent un droit constitutionnel de grève, c'est certain. »