BFMTV

Charlie Hebdo: faute d'orthographe à "Wolinski", son épouse "furieuse"

La plaque commémorative comportait une erreur au nom de Georges Wolinski.

La plaque commémorative comportait une erreur au nom de Georges Wolinski. - Joël Saget - AFP

Maryse Wolinski, l'épouse du dessinateur Georges Wolinski tué dans l'attentat contre Charlie Hebdo il y a un an, et dont le nom a été mal orthographié sur une plaque commémorative, s'est dit mardi "furieuse".

"Georges Wolinsky". Sur la plaque commémorative dévoilée mardi matin dans la rue des anciens locaux de Charlie Hebdo, la faute d'orthographe faite sur le nom du dessinateur, tué l'an dernier lors des attentats, a créé un léger malaise. Même si elle a été corrigée depuis, la veuve de Georges Wolinski a très peu apprécié cette erreur.

"Là, ce matin, quand j'ai vu le "Y" (à la fin du nom, ndlr), je peux vous dire que j'étais furieuse", a confié Maryse Wolinski sur RTL, quelques heures après le dévoilement, par le président de la République François Hollande et la maire de Paris Anne Hidalgo, de la plaque.

Wolinski "n'aimait pas du tout qu'on lui mette un Y"

"J'ai vu tout de suite un "Y" et je l'ai dit immédiatement à Anne Hidalgo, qui m'a dit: "Ça va s'enlever, on va le changer"", a poursuivi Maryse Wolinski. "Plusieurs personnes du cabinet de Mme Hidalgo sont venues m'expliquer que c'était le marbrier qui s'était trompé. Mais moi, ce que je pense, c'est que quand on va poser une plaque avant de la recouvrir pour la dévoiler, on regarde quand même ce qu'il y a écrit dessus... Ça me paraît évident, et par conséquent, personne n'a regardé ou quelqu'un a regardé et n'a pas fait attention au nom de mon mari", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur ce qu'en aurait pensé le dessinateur satirique, elle a raconté que Georges Wolinski "n'aimait pas du tout qu'on lui mette un "Y", ça je peux vous le dire". "Et puis moi, je n'aime pas du tout non plus et je ne peux guère faire de l'humour là-dessus franchement, parce que ma colère est trop grande". L'erreur, due à l'entreprise selon la mairie de Paris, a été provisoirement corrigée au mastic mardi, après avoir été découverte et avant qu'une nouvelle plaque ne puisse être installée dans les 48 heures.

Alexandra Gonzalez