BFMTV

Bayrou : A quand la fin des « usagers, victimes des grèves » ?

-

- - -

Une gare fermée, des transports publics paralysés, et des usagers en colère. Comment éviter ces situations qui se multiplient ? Pour François Bayrou, président du MoDem, la solution est dans la discussion.

Hier, la gare Saint-Lazare à Paris était fermée à la suite de l'agression d'un conducteur. Aujourd'hui, les transports en commun marseillais sont à l'arrêt pour une autre agression. François Bayrou rappelle qu'il y a peu de temps Nicolas Sarkozy s'était réjoui de la nouvelle loi sur le service minimum, en déclarant : «Maintenant quand il y a une grève en France, personne ne s'en aperçoit plus.» « La réalité, constate le président du MoDem, c'est que des dizaines de milliers de personne restent à quai, avec des gares fermées, et qu'il y a un sentiment d'exaspération très grave. Il n'est plus possible qu'un tel incident se retourne immédiatement contre les usagers, qui n'y peuvent rien et sont les victimes de tout ça. »

« Des moyens de discussion à saisir urgemment »

S'il note que « les personnels de la SNCF et des entreprises de transports comme à Marseille devraient réfléchir au tort que ça leur fait », François Bayrou souligne surtout que « tant que nous n'aurons pas mis en place d'autres moyens pour eux d'exprimer leur inquiétude, on aura des blocages de cet ordre. L'urgence devrait être de mettre en place les moyens de discussion et de concertation qu'on pourrait saisir lorsque quelque chose de grave intervient, et sans que la direction puisse éluder le problème qui se pose. »

La rédaction-Bourdin & Co