BFMTV

35 heures: entre 6.000 et 8.000 agents de l'AP-HP en grève

Plusieurs milliers d'agents des hôpitaux parisiens, en grève jeudi contre la réforme du temps de travail à l'AP-HP, se sont rassemblés pour dire non au projet de Martin Hirsch. Yann Flecher, de la CGT, a évalué les manifestants entre "6.000 et 7.000", Jean Marc Devauchelle, de Sud, évoquant lui "8.000 manifestants, sans compter les personnels assignés".

Vêtus de blouses blanches, les personnels se sont rassemblés devant le siège de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, près de l'Hôtel de ville de la capitale. Tous les syndicats ont appelé à cesser le travail.

"Votre combat est juste", leur a lancé l'urgentiste Patrick Pelloux. Les médecins, qui ont un statut différent, ne sont pas concernés par la réforme de l'organisation du temps de travail. Parmi les banderoles, l'une de SUD santé affichait: 

"On n'est pas des super héros, on a besoin de repos".

Une infirmière de l'hôpital Georges-Pompidou expliquait au nom de ses collègues assignées à l'hôpital qu'"il y a des choses qu'on ne peut pas accepter". "On ne peut pas s'occuper des gens si on est fatigué". Elle a confié qu'elle n'avait pas manifesté "depuis les années 90".

Membre d'une équipe de techniciens de laboratoire venue au complet de l'hôpital Cochin, Marie-Françoise, 54 ans, a jugé que cette réforme était "un test pour le gouvernement". "On voit les choses se dégrader (...) Réorganiser les choses peut-être mais les 35 heures ont été mises en place pour embaucher, or il n'y pas eu d'embauche et cela devait aller au clash".

Une délégation devait être reçue par la direction de l'AP-HP.

la rédaction avec AFP