BFMTV

250 gardes à vue après la manifestation anti-Hollande

Des incidents entre quelques centaines de manifestants et les forces de l'ordre ont éclaté dimanche soir à la fin de la manifestation.

Des incidents entre quelques centaines de manifestants et les forces de l'ordre ont éclaté dimanche soir à la fin de la manifestation. - -

Des incidents entre quelques centaines de manifestants et les forces de l'ordre ont éclaté à la fin de la manifestation. 19 policiers ont été blessés, dont un "potentiellement gravement" après avoir reçu un pavé dans la mâchoire.

Selon la police, 250 personnes ont été placées en garde à vue après la manifestation anti-Hollande de dimanche, "Jour de colère", qui s'est terminée dans des heurts. Au total 262 personnes avaient été interpellées, selon un bilan définitif de la préfecture de police. Dix-neuf policiers ont été blessés, lors des affrontements avec des manifestants, mais aucun n'a été hospitalisé.

Des incidents entre quelques centaines de manifestants et les forces de l'ordre ont éclaté dimanche soir à la fin de la manifestation. Au cours de la manifestation, 19 policiers ont été blessés, dont un "potentiellement gravement" après avoir reçu un pavé dans la mâchoire.

Port d'armes prohibées

Dimanche dans la soirée, la police faisait était de 150 personnes interpellées, qui "venaient au contact des forces de l'ordre au moment de la dispersion". Elles étaient acheminées dans les commissariats de la capitale en milieu de soirée. Par ailleurs, douze personnes ont été interpellées en début de manifestation dont cinq pour "port d'armes prohibées".

Le collectif "Jour de colère", rassemblement hétéroclite formé d'intégristes catholiques, d'opposants au mariage homosexuel, de partisans de l'humoriste controversé Dieudonné, d'identitaires, de familles, a défilé contre "l'action gouvernementale" et pour la destitution du président de la République, jugé "trop impopulaire".

C.P. avec AFP