BFMTV

Loi Climat: pour 110 organisations, "le compte n'y est pas"

Rencontre entre Emmanuel Macron et les citoyens de la Convention climat en novembre 2020 à Paris

Rencontre entre Emmanuel Macron et les citoyens de la Convention climat en novembre 2020 à Paris - Thibault Camus © 2019 AFP

Une lettre ouverte signée par plus d'une centaine d'organisations de défense de l'environnement dénonce le "manque d'ambition" du projet de loi "Climat et Résilience" issu des propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC).

"Le compte n'y est pas." Avant la présentation mercredi du projet de loi climat dont elles regrettent le manque de "souffle", une centaine d'associations de défense de l'environnement ou de lutte contre la pauvreté ont appelé Emmanuel Macron à "redonner vie" aux ambitions climatiques.

Dans une lettre ouverte au président de la République mise en ligne lundi, ces 110 organisations dénoncent le "manque d'ambition" du projet de loi "Climat et Résilience" issue des propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC), qui sera présenté mercredi en Conseil des ministres.

"Alors que les propositions des citoyens devaient être retranscrites dans la loi, force est de constater que le compte n'y est pas", estiment Greenpeace, la Fondation Nicolas Hulot, WWF, mais aussi la Fondation Abbé Pierre, ATD Quart Monde, Attac ou encore la CFDT, UFC-Que Choisir, et la Confédération paysanne.

Redonner vie à l'ambition initiale

Dans cette lettre, les organisation s'adressent directement au président de la République. "Monsieur le président de la République, en amenuisant de la sorte l'ambition des mesures proposées par la Convention Citoyenne sur le Climat, vous privez notre pays d'un formidable potentiel de sortie des crises, climatique, sanitaire, économique et sociale", insistent ces dernières.

"Les bénéfices attendus des mesures proposées par les 150 citoyennes et citoyens sont pourtant nombreux: moins de personnes vivant dans des passoires énergétiques, une pollution de l'air réduite, une alimentation plus saine et accessible à tous, une offre de mobilité moins émettrice et plus inclusive, davantage d'emplois dans les secteurs clés de la transition écologique, etc.", poursuivent-elles.

"Alors que le débat parlementaire va débuter, nos organisations attendent de votre gouvernement et des représentants et représentantes de notre nation qu'ils redonnent vie à l'ambition initiale de ce projet de loi. Ne privez pas notre pays de ce nouveau souffle dont il a plus que jamais besoin", soulignent les signataires, regrettant notamment que le texte adopte une approche d'"encouragement" à changer de pratiques "là où une intervention des pouvoirs publics est requise".

Un détricottage dénoncé

Fin de la location des passoires thermiques en 2028, interdiction de la publicité pour les énergies fossiles, interdiction des vols domestiques s'il existe une alternative en train en moins de 2h30... Le projet de loi reflète, selon le gouvernement, près de la moitié des 149 propositions de la CCC destinées à réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre de la France d'ici 2030 par rapport à 1990. Mais les défenseurs de la planète dénoncent depuis plusieurs mois un détricottage de ces propositions.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier avec AFP Journaliste BFMTV