BFMTV

Sartrouville: envahis par les cafards depuis deux ans, ils vivent un enfer

A la Cité des Indes à Sartrouville, dans les Yvelines, des locataires lancent un appel à l'aide et dénoncent l'insalubrité de leur logement. Une famille vit depuis deux ans avec des centaines de cafards, d'autres s'inquiètent du délabrement de leurs logements. Le bailleur assure faire le nécessaire et avoir engagé des travaux.

Lorsqu'il fait visiter son appartement, Farid Boulanouar préfère mettre en garde. "Préparez-vous...", prévient-il avant de déplacer son frigo. Derrière, des cafards grouillent par dizaines, grimpant sur le mur et sur la grille du frigo. "Vous vous rendez-compte dans quoi je vis? Regardez, il y en a partout. Comment voulez-vous que je vive comme ça? On ne peut pas, ça fait deux ans", s'agace Farid.

La vie de ce locataire d'un HLM de la Cité des Indes à Sartrouville est devenue un cauchemar. Les nuisibles sont présents dans les moindres recoins: derrière les cadres photos, dans les ampoules et surtout dans le frigo et la nourriture même stockée dans des placards.

"Mon quotidien c'est ça, c'est m'occuper de comment gérer tout ça et au bout de deux ans c'est bon, je fatigue. Ca joue sur tout, sur le moral, sur mon couple, sur ma vie", poursuit ce locataire à bout. 

L'électroménager sans cesse en panne

Malgré deux désenfumages, les cafards résistent encore et sont même encore plus nombreux. Farid souhaite désormais quitter son logement de 630 euros par mois. En plus de l'insalubrité, il doit désormais faire à un problème budgétaire, forcé de remplacer l'électroménager qui change en panne à cause des nuisibles.

"Mon micro-ondes, j'en suis à cinq ou six. J'ai du mal à payer mon loyer, c'est normal puisque tout passe dans la bouffe, tout passe dans les objets comme ça. Je vais être obligé d'acheter une télé pour mes enfants, je vais les laisser sans télé", ajoute Farid. 

Les problèmes d'insalubrité ne sont pas limités à son appartement. D'autres logements de son immeuble sont aussi concernés. Dans certains, ce sont les moisissures et les fissures qui inquiètent. La mairie et le bailleur de l'immeuble ont été mis au courant de la situation des locataires, mais ces derniers se sentent esseulés.

"J'ai demandé de l'aide, j'ai crié au secours jusqu'aux politiques. Le maire de Sartrouville ne fait absolument rien pour nous. On a fait intervenir l'hygiène de la mairie qui a fait un rapport en urgence", explique Habib Lotfi, resonsable des locataires. 

L'avertissement de la Région

Du côté du bailleur social Logement Francilien, on assure faire le nécessaire.

"Il y a un problème d'isolation entre le mur extérieur et le logement qui génère des moisissures ou de la présence d'humidité. C'est un phénomène qu'on a repéré. On a 950.000 euros de travaux qui sont déployés depuis le mois de juin sur les tours, on met les moyens et je vous garantis qu'on continuera à les mettre jusqu'à ce que le problème soit réglé", assure Nicolas Brunet, directeur régional Logement Francilien. 

A la Région, on prévient que des sanctions seront prises si la situation ne s'améliore pas.

"On assiste, et je le vois dans beaucoup de lieux d'Ile-de-France à un développement du logement insalubre et du logement indigne qui est indigne de notre république. Il faut par respect pour les locataires que les bailleurs entretiennent leur parc de logement. Et s'ils ne le font pas, la Région prendra ses responsabilités et elle arrêtera le financement public de ces bailleurs", avertit Geoffroy Didier, vide-président de la Région, chargé du logement.

Le cas de cet immeuble est une illustration du problème d'insalubrité particulièrement fréquent en Ile-de-France. En janvier dernier, l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France soulignait dans un rapport que la région "du fait d'une urbanisation dense et ancienne" est "très concernée par les problèmes d'habitat indigne" avec près de 174.600 logements privés potentiellement indignes.

C. B avec Dah Magassa