BFMTV

Paris: dans le 16e, riverains et élus contestent la réquisition d’un gymnase pour accueillir des migrants

Des habitants du 16e arrondissement se sont réunis ce lundi matin devant le gymnase Jean-Bouin pour contester sa réquisition afin d'accueillir des migrants. La maire de l'arrondissement dénonce une décision "électoraliste" et un manque de concertation, alors que le bâtiment est utilisé pour les activités sportives des scolaires.

Parents d'élèves, riverains et membres d'associations se sont rassemblés ce lundi matin devant le gymnase Jean-Bouin, dans le 16e arrondissement de Paris. Ils s'opposent à la décision de la préfecture de région, validée par la mairie de Paris, de réquisitionner ce gymnase pour accueillir 100 à 150 migrants. Cette réquisition pénalise selon eux les scolaires qui utilisent le gymnase pour les activités sportives.

"Il y a à peu près 1.500 élèves, il y a des personnes handicapées, des personnes âgées, beaucoup de monde qui ne pourront plus demain exercer dans ce gymnase", explique sur BFM Paris Nicolas, parent d'élève et riverain du gymnase. 

"Nous ne sommes pas contre l'accueil de migrants, bien au contraire. Nous sommes en hiver, on est complètement conscients qu'il faut trouver des solutions, on est prêts à aider. On pense seulement que c'est une décision hâtive, qui n'a aucun intérêt, le lieu n'est pas adapté", poursuit cet habitant du 16e. 

La réquisition du gymnase fait aussi craindre des conséquences financières pour les intervenants. "On laisse 50 profs sans salaire. Il y en a qui ont des enfants, qui ont des loyers à payer. On est une grosse partie à être autoentrepreneur, on ne touchera pas le chômage, on fait quoi?", s'interroge Julie, prof de hip-hip. 

La maire du 16e dénonce une "manip électoraliste"

Une pétition a été lancée pour dénoncer cette réquisition. Les habitants mobilisés ont également reçus le soutien de la maire LR du 16e arrondissement. Danièle Giazzi, y voit une "manip électoraliste" de la maire de Paris qui a validé cette réquisition, dans le chic 16e arrondissement.

"Madame Hidalgo est à Paris chez elle, elle fait ce qu'elle veut où elle veut. Elle se fiche complètement de savoir s'il y a des jeunes scolaires ou sportifs qui ne peuvent pas continuer leur activité. Ce qu'elle voit c'est l'annonce médiatique de dire, on va mettre des migrants dans le 16e. Si elle veut mettre des migrants dans le 16e, on peut lui proposer des endroits", assure Danièle Giazzi sur BFM Paris. 

Sur Twitter, Ian Brossat, maire-adjoint en charge du Logement à la mairie de Paris s'est agacé de l'opposition rencontrée après cette réquisition.

"Depuis ce matin, des riverains du 16e soutenus des élus bloquent un gymnase qui a été réquisitionné pour abriter des migrants. Il fait 3 degrés dehors. Des réfugiés errent dans nos rues. Dans l'échelle de la dégueulasserie, on dépasse tous les records...", estime-t-il. 

La maire du 16e estime de son côté que son arrondissement n'a "à recevoir de leçon d'humanité, de solidarité de personne", et souhaite engager des discussions autour de cet accueil des migrants. 

La réquisition du gymnase Jean-Bouin intervient dans le cadre d'un plan de la préfecture d'Ile-de-France qui a prévu d'ouvrir 1.200 d'hébergement supplémentaires dans la région alors que les centres existants sont saturés. 

William Helle avec Carole Blanchard