BFMTV

Paris: un gymnase du XVIe va héberger des migrants contre l'avis de certains élus locaux

Des migrants accueillis dans un gymnase du campus de l'université Panthéon-Assas en août 2017 (illustration)

Des migrants accueillis dans un gymnase du campus de l'université Panthéon-Assas en août 2017 (illustration) - PATRICK KOVARIK / AFP

La réquisition du gymnase Jean-Bouin fait partie d'un plan concernant tous les départements franciliens qui doit permettre la mise à disposition de quelque 1.200 places d'urgence pour les migrants.

Le gymnase Jean-Bouin, dans le XVIe arrondissement, a été réquisitionné dans le cadre d'un plan d'hébergement d'urgence de migrants, une décision suscitant des protestations d'élus de ce quartier de Paris.

"Il s'agit de mettre à l'abri, de manière temporaire, les migrants qui sont à la rue", a expliqué une source à la préfecture régionale d'Ile-de-France. Une centaine de personnes pourraient être ainsi protégées.

Danièle Giazzi, maire LR de cet arrondissement cossu, a fait part sur Twitter de son "opposition catégorique" à la réquisition du gymnase Jean-Bouin", évoquant "3.000 scolaires et associatifs à la porte" et arguant de ce que, selon elle, "aucune solution alternative pour les associations sports et scolaires" ne serait sur la table. Un avis partagé par l'ancien maire du XVIe arrondissement Claude Goasguen qui a jugé cette réquisition "inacceptable et arbitraire". 

Selon la préfecture, le choix du gymnase Jean-Bouin a été validé par la mairie de Paris, qui cherche à relocaliser l'activité sportive. Il fait partie d'un plan concernant tous les départements franciliens et devant permettre la mise à disposition de quelque 1.200 places d'urgence en tout.

Mélanie Rostagnat avec AFP