BFMTV

Les jeunes adultes, nouvelles victimes de la solitude

6% des 18-29 ans se sont déclarés seuls en 2013, un phénomène nouveau (photo d'illustration)

6% des 18-29 ans se sont déclarés seuls en 2013, un phénomène nouveau (photo d'illustration) - -

La France compterait 5 millions de gens seuls. Si l’âge, le chômage et la pauvreté sont des facteurs déterminants, le phénomène touche à présent des catégories jusque là préservées, révèle mercredi la Fondation de France.

Cinq millions de Français n'ont pas, ou peu, de relations sociales. Soit un million de plus par rapport à 2010. Selon une enquête publiée mercredi par la Fondation de France, 12% des Français s'estiment touchés par la solitude en 2013. Un phénomène qui s'aggrave, malgré l'instauration de la solitude comme "grande cause nationale" en 2011. Surtout chez les plus jeunes et les plus âgés.

La Fondation de France comptabilise cinq réseaux de sociabilité: famille, amis, collègues de travail, affinités et voisinage. Est considéré comme seul une personne qui ne dispose pas, ou peu, de liens par un de ces biais. Outre les 12% de gens seuls, 27% de Français indiquent ainsi ne posséder qu’un seul de ces réseaux, contre 23% en 2010.

Symptôme de la crise

Grand âge et entourage n'ont jamais fait bon ménage. Mais chez les séniors, le phénomène s'accroît. Aujourd'hui, près d’un quart (24%) des plus de 75 ans se trouvent isolés. En 2010, ils étaient 16%.

Autre catégorie particulièrement touchée: les plus défavorisés. On trouve 17% de gens seuls dans les foyers possédant moins de 1.000 euros nets par mois.

Les mauvais chiffres de l'emploi expliquent en partie l'extension du phénomène. Chez les 30-60 ans, les demandeurs d'emploi sont les plus exposés: un chômeur sur six se déclare seul. Facteur aggravant, un divorce ou une séparation. L’addition "chômage séparation" donne une personne seule sur quatre cumulant ces deux situations.

"Nouveaux seuls"

Tout aussi préoccupant, l’extension du phénomène à des catégories jusque là préservées: jeunes, urbains et issus de classes moyennes. Ainsi, 6% des 18-29 ans se sont déclarés seuls. Un phénomène quasi inexistant en 2010.

Quant aux grandes villes, elles agglomèrent de plus en plus les solitudes: 13% des urbains se sont déclarés seuls en 2013, contre 8% en 2010. Dans les raisons invoquées, la difficulté à nouer des relations sociales de proximité, malgré la fréquentation des commerces et des services de proximité.

|||Enquête réalisée entre le 7 janvier et le 26 février par l'institut TMO Régions auprès de 5.000 personnes âgées de 18 ans et plus, par téléphone et selon la méthode des quotas.

M. T.