BFMTV

Les élus nordistes interpellent Véran sur une possible prime aux soignants de 500e seulement

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand - ERIC PIERMONT / AFP

Ce mardi, les présidents des conseils départementaux du Nord et du Pas-de-Calais ainsi que le président du Conseil régional des Hauts-de-France ont adressé un courrier au ministre de la Santé, Olivier Véran. Ils s'alarment de la possibilité de voir les soignants du Nord et du Pas-de-Calais toucher une prime moindre.

Les présidents des conseils départementaux du Nord et du Pas-Calais et celui de la région Hauts-de-France jugent "incompréhensible" le fait que les personnels soignants de ces départements ne toucheraient qu'une prime de 500 euros, dans un courrier commun au ministre de la Santé rendu public mardi.

Selon le projet de décret dont ils disent avoir eu connaissance, ils affirment que "les départements du Nord et du Pas-de-Calais ne feraient pas partie de la liste des 33 départements les plus touchés par l’épidémie" et que "les personnels des établissements hospitaliers de ces deux départements ne seraient donc pas concernés par le versement d’une prime de 1.500 euros mais de 500 euros". 

"Cette différence de traitement entre les différents départements de la région Hauts-de-France est incompréhensible alors même que la solidarité intra-régionale a été essentielle dans la gestion de l’épidémie. Des transferts de patients ont été réalisés, du CHU d'Amiens vers le CHU de Lille par exemple, permettant de libérer des lits en service de réanimation", écrivent Jean-Claude Leroy (PS), président du conseil départemental du Pas-de-Calais, Jean-René Lecerf (ex-LR), son homologue du Nord, et Xavier Bertrand (ex-LR), président de la région Hauts-de-France.

"Vive incompréhension"

"Cette décision provoque une vive incompréhension et de la colère au sein des personnels des établissements hospitaliers du Nord et du Pas-de-Calais qui sont pleinement engagés, depuis le début de l’épidémie, dans la lutte contre le Covid-19", poursuivent ces responsables politiques, réclamant à Olivier Véran de "bien vouloir réexaminer cette situation" afin que le "travail exceptionnel" de ces agents soit reconnu au même titre que celui de leurs collègues picards de la région Hauts-de-France (Oise, Somme et Aisne).

Des mesures de "reconnaissance" ont été présentées en conseil des ministres le 15 avril pour que les membres du personnel hospitalier reçoivent tous une prime d'au moins 500 euros, voire 1.500 euros pour ceux travaillant dans des établissements ou services accueillant des malades du Covid-19.

R.V. avec AFP