BFMTV

Les deux policiers brûlés à Viry-Châtillon sont hors de danger mais souffrent d'importantes séquelles

Les voitures de police brûlées lors de l'attaque de Viry-Châtillon, le 8 octobre dernier.

Les voitures de police brûlées lors de l'attaque de Viry-Châtillon, le 8 octobre dernier. - AFP

Les deux policiers gravement brûlés lors de l’attaque à Viry-Châtillon sont « hors de danger ». Mais leur traitement médical sera « très long », explique l’un des médecins de l’hôpital Saint-Louis.

"Les deux sont sauvés. Leur vie est hors de danger. Ca ne veut pas dire que le traitement est terminé au niveau des blessures fonctionnelles et esthétiques. Leur parcours médical n'est pas terminé (...) ça va être encore très long", a déclaré le chef du service de chirurgie plastique, esthétique et traitement des brûlés de l'hôpital Saint-Louis, où avaient été admis les deux policiers après leur agression le 8 octobre dernier.

Quatre policiers avaient été blessés aux cocktails Molotov, dont deux grièvement. L’un des brigadiers de police présents sur les lieux avait témoigné de l'attaque: "Ils ont cassé les vitres, ont donné des coups de poing (aux collègues) pour les empêcher de sortir et leur ont jeté des cocktails molotov sur les genoux. Nous sommes sortis et ils ont essayé de mettre KO ma collègue qui était côté conducteur en lui donnant des coups de poing. Ils ont ensuite lancé un cocktail molotov dans notre voiture"

A la suite de cette attaque, plusieurs manifestations policières consécutives ont été organisées dans toute la France. 

A.Mi avec AFP