BFMTV

Le prix de la vanille flambe, les glaciers pourraient gonfler les tarifs

Le prix du kilogramme de vanille a été multiplié par huit en trois ans, et sa demande ne cesse d'augmenter. Face à cette crise, les glaciers craignent d'avoir à élever leurs prix.

Si la vanille est le parfum de glaces préféré des Français, il pourrait ne pas le rester très longtemps, notamment à cause de son prix qui a explosé ces dernières années. Alors qu'un kilogramme coûtait 53 euros en 2014, il est estimé aujourd'hui à 440 euros.

Cette hausse conséquente s'explique par les faibles récoltes qui ont eu lieu à Madagascar, qui a produit 600 tonnes de moins qu'à l'accoutumée. L'île, qui concentre 80% de la production mondiale de vanille, a été touchée par plusieurs événements climatiques ces derniers mois. Il y a trois mois, le cyclone Enawo avait détruit le tiers de la récolte.

Hausse des prix à prévoir chez les glaciers

Certains revendeurs de produits à base de vanille, comme les glaciers ou les pâtissiers, ont déjà vu leurs revenus baisser. "Ça a largement touché notre marge, mais on s'y retrouve car, comme on fabrique toujours des choses de qualité avec des produits et des matières premières de qualité comme la gousse de vanille, on a de plus en plus de clients", explique Delphine Godard, glacière à Marseille.

Pour tenir, les professionnels essaient de s'adapter, en diminuant les quantités dans leurs produits par exemple. C'est ce qu'envisage de faire Corentin Torres, pâtissier à Marseille, qui utilise de la vanille dans 30% de ses préparations. "Je préfère rester sur de la bonne vanille de Madagascar et en mettre un petit peu moins plutôt que d'augmenter mes prix", considère-t-il.

Mais il prévient, si la hausse continue, il sera contraint de la répercuter sur ses prix. Et il se pourrait bien qu'il ne soit pas le seul professionnel à ne plus pouvoir juguler l'augmentation.

F. H. avec Anne-Sophie Warmont et Sabrina Gotlib