BFMTV

Le mari de la policière blessée à Viry-Châtillon témoigne

Jérôme est le mari de la policière gravement brûlée lors d'une attaque visée qui a eu lieu le 8 octobre à Viry-Châtillon. Il détaille ce vendredi sur BFMTV les blessures de sa femme et met en avant le courage dont elle fait preuve, quinze jours après les faits.

Jérôme, le mari de la policière gravement touchée à Viry-Châtillon par un cocktail molotov décrit sur BFMTV les blessures de son épouse, sortie de l'hôpital il y a deux jours alors que son collègue de 28 ans est toujours hospitalisé, plongé dans un coma artificiel.

Après avoir été visée par des cocktails Molotov et des jets de "parpaings", le mari de la gardienne de la paix de 39 ans a fait état de "deux mains brûlées, dont l'une un peu plus que l'autre mais apparemment ce n'est pas irréversible". Il a notamment déploré son "visage qui a été bien brûlé mais au deuxième degré et les oreilles, dont l'une un petit peu plus touchée que l'autre", précisant que cela reste tout de même "rassurant".

"Elle veut vraiment aller de l'avant", a-t-il assuré.

Jérôme met en avant le "super moral" de sa compagne, qui a été largement épaulée par la profession puisqu'elle a reçu la visite de sa brigade, venue chanter la Marseillaise devant l'hôpital. "La police, c'est une famille. A chaque fois que l'on a changé de département on l'a bien vu. On voit qu'ils sont tous solidaires, ça lui donne de la force même si elle en a déjà beaucoup", a-t-il déclaré. Habituée des banlieues sensibles, elle souhaite continuer à exercer son métier, sa passion depuis 18 ans.

L'agression se précise

Pour le moment, aucune interpellation n'a eu lieu dans le cadre de cette attaque. Une information judiciaire a été ouverte ce vendredi pour "tentatives de meurtres sur personnes dépositaires de l'autorité publique commises en bande organisée" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime".

La quinzaine d'agresseurs s'en est pris à quatre fonctionnaires au total alors qu'ils étaient en mission de surveillance à proximité d'un feu rouge de la Grande Borne, une cité difficile à cheval sur les communes de Viry-Châtillon et Grigny, dans l'Essonne.

Les individus ont "cassé le pare-brise arrière" pour y lancer un cocktail Molotov, a rapporté Jérôme. Pendant que les policiers tentaient de le sortir du véhicule, "qui a pris feu assez rapidement", les agresseurs ont "canardé de parpaings" les officiers.

Ju. B. avec AFP, Emilien Lacroix et Sandra Gandoin