BFMTV

Le grand débat national se déplace sur la messagerie instantanée de Facebook

Un débat organisé avec des jeunes à Etang-sur-Arroux, dans le centre de la France

Un débat organisé avec des jeunes à Etang-sur-Arroux, dans le centre de la France - Ludovic MARIN / AFP

L'association "Entendre la France", créée par trois ingénieurs, a lancé un chatbot via Facebook Messenger pour permettre aux citoyens de participer facilement au grand débat national, qui s'achèvera le 15 mars prochain.

Exit le cahier de doléances et le stylo à bille. Il y a un mois, trois amis ingénieurs lançaient "Entendre la France", un chatbot sur Facebook Messenger. L'objectif: permettre au plus grand nombre de participer au grand débat national, organisé par l'exécutif pour répondre à la crise des gilets jaunes et aider les maires à collecter les contributions des citoyens.

"Le mouvement des gilets jaunes a commencé sur Facebook, une application qui compte aujourd'hui 38 millions de comptes actifs, on a donc trouvé pertinent de créer un outil technologique qui pouvait faciliter la participation au grand débat", explique Jérémy Lefebvre, un des trois fondateurs d'Entendre la France.

Pour faire part de ses contributions sur le bot Messenger, un robot logiciel pouvant dialoguer avec un individu, il suffit de chercher "Entendre La France" dans Facebook et de démarrer une conversation sur Messenger. Le temps passé sur l'application varie en fonction des revendications. Il ne faut par exemple pas plus de dix minutes pour répondre aux questions qui portent sur les quatre thèmes proposés par l'Élysée dans le cadre du grand débat. Mais un cinquième volet permet également de proposer des "contributions libres".

-
- © -

Séduire les jeunes

Le format simple de l'outil a aussi été pensé pour séduire les jeunes, souvent jugés comme les grands absents de cette vaste consultation nationale. Un mois après le lancement, plus de 200.000 contributions ont été collectées, dont environ 30.000 "libres".

"Le format plait beaucoup aux jeunes, puisque plus de 75% des répondants ont moins de 35 ans", précise Jérémy Lefebvre.

Cette semaine, c'est la mairie de Paris qui a annoncé entamer une collaboration avec Entendre la France. "Nous devons relever un enjeu démocratique majeur: faire venir les jeunes dans les dispositifs de participation citoyenne, les faire participer. Nous savons qu’il n’est pas aisé de les mobiliser, qu’il faut trouver des moyens différents qui correspondent plus à leur mode de vie. Ils utilisent beaucoup Messenger, nous leur proposons donc, via Messenger et cette association, de donner leur point de vue, d'exprimer leurs idées…", indique Pauline Véron, adjointe à la mairie de Paris chargée de la démocratie locale, de la participation citoyenne, de la vie associative et de la jeunesse.

Une synthèse pour le site officiel du grand débat

Toutes les contributions collectées et anonymisées sont ensuite publiées sur un site dédié, intitulé reponses.entendrelafrance.fr. Une fois que toutes les réponses recueillies, une équipe de "data scientist", soit des experts en données, s'occuperont de rédiger une synthèse, en recoupant certaines idées équivalentes ou en faisant ressortir des mots-clés.

Le fruit de ce travail sera ensuite publié sur le site internet officiel du grand débat (granddebat.fr). La Ville de Paris pourra de son côté analyser facilement les réactions, doléances et propositions la concernant.

Valentine Arama