BFMTV

La prison ne servirait à rien en matière de prévention de la violence, selon une étude

Un rapport de l'OIP dénonce les violences des surveillants de prison sur les détenus.

Un rapport de l'OIP dénonce les violences des surveillants de prison sur les détenus. - PHILIPPE LOPEZ / AFP

Les scientifiques de l'université de Berkeley ont étudié les cas de 111.110 personnes condamnées entre 2003 et 2006 dans l'Etat du Michigan.

La prison ne serait pas efficace pour prévenir les violences, que ce soit par son caractère dissuasif ou sa fonction de réinsertion, rapporte Le Monde. Pour en arriver à cette conclusion, une équipe de chercheurs de l'université de Berkeley a étudié 111.110 cas de personnes condamnées pour des violences dans l'Etat du Michigan, entre 2003 et 2006. Les résultats de leurs travaux sont parus mardi dans la revue Nature.

"L’objectif principal de cette étude était de comprendre si et comment le fait de condamner quelqu’un à l’emprisonnement change la probabilité que cette personne commette une future infraction violente", écrivent les chercheurs, qui ont voulu comparer cet effet avec les personnes condamnées à des peines de probation. 

"Un impact relativement faible"

La cohorte, composée de personnes condamnés pour infractions sur les armes, agressions sexuelles ou encore vols aggravés, et coups et blessures, a été suivie jusqu'en 2015 pour étudier le cas des personnes à nouveau arrêtées ou condamnées pour des faits de violences. Et le résultat laisse peu de doutes pour les scientifiques: 

"Emprisonner moins de personnes (…) aurait un impact relativement faible sur le niveau de violence dans la société, tandis que les politiques alternatives et actions de prévention de la violence auraient un effet plus important pour des coûts économiques et sociaux inférieurs". 

Des travaux divisés sur les effets de la prison

L'équipe statistique a observé le taux de rechute un an, trois ans ou cinq ans après la condamnation. L'étude montre ainsi que "cinq ans après le prononcé de la peine, l’emprisonnement réduit la probabilité d’arrestation pour infraction violente de 16,2 points de pourcentage". Mais ce chiffre souffre de plusieurs biais. Ce taux est notamment dû au temps d'incarcération pendant lequel aucun délit ou crime ne peut être commis à l'extérieur.

En enlevant ces biais, les chercheurs ont conclu à l'inverse que les violences augmentent à la sortie de prison, "ou dans le meilleur des cas, n’a aucun effet, ni positif ni négatif", précise Le Monde. 

L'article publié dans Nature rappelle cependant que les différents travaux publiés sur ce sujet jusqu'à présent ne sont pas unanimes sur les effets de la prison. Si certains montrent que l'emprisonnement permettrait de réduire les violences en retirant des individus violents de la société, en ayant une fonction de dissuasion et de réinsertion, d'autres ont pointé une tendance à favoriser les violences par la désocialisation imposée par la prison, la proximité des réseaux criminels en milieu carcéral et l'existence de rapports de forces en détention. 

Benjamin Rieth