BFMTV

La mairie de Paris confirme la réouverture des parcs "dès demain matin"

Malgré leur réouverture, il ne devrait pas être possible de stationner assis ou allongé dans les parcs et jardins de la ville, a expliqué le premier adjoint à la mairie de Paris, qui "compte sur la responsabilité" des gens pour éviter les dérives.

Les Parisiens et les élus de la majorité l'attendaient avec impatience depuis le déconfinement, le 11 mai dernier. "Dès demain matin, parce que nous sommes prêts, les parcs pourront rouvrir", a déclaré ce vendredi sur BFM Paris Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, au lendemain des annonces d'Edouard Philippe. Jeudi, lors de son point presse sur la seconde phase du déconfinement, le Premier ministre avait lui aussi promis l'ouverture de tous les parcs et jardins de France.

Si les Parisiens ne pourront pas profiter des espaces verts de la capitale dès ce vendredi, c'est "parce que les maires doivent caler avec les préfets, en particulier dans les zones orange, les conditions d’ouverture", a expliqué Emmanuel Grégoire. "Et nous avons un certain nombre de demandes à formuler."

Parmi les propositions qui seront soumises au préfet par la Ville de Paris: "la recommandation du port du masque". Le premier adjoint d'Anne Hidalgo a ajouté que la mairie plaidera pour des parcs "dynamiques", "donc l'interdiction provisoire de stationner assis, allonger, en pique-nique". L'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes devrait également entrer en vigueur dans les parcs et jardins de la ville. "Dès ce soir, les consignes seront claires pour l'ouverture demain", a promis Emmanuel Grégoire.

"Nous comptons sur la responsabilité des gens"

Mais que faire dans l'hypothèse où des Parisiens ne respecteraient pas les consignes qui seront établies dans les parcs et jardins? "Nous comptons sur la responsabilité des gens, dans 99% des cas elle permet une auto régulation tout à fait satisfaisante", explique Emmanuel Grégoire.

"Dans les cas ou ça ne fonctionne et ne suffit pas, c’est le rôle des pouvoirs publics d’organiser de la médiation et de la dispersion lorsqu’on observe des choses qui ne sont pas souhaitables", précise le premier adjoint, qui n'écarte cependant pas des "actions plus coercitives quand des gens contreviennent au règlement de façon durable."

Par ailleurs, "des agents municipaux feront de l’accompagnement et seront vigilants, parfois à la place des citoyens quand eux-mêmes ne le sont pas assez".

Juliette Mitoyen