BFMTV

La grand-mère de la petite Mischa, née après une greffe d'utérus, veut porter un message d'"espoir"

La petite-fille, née le 12 février, ainsi que sa maman se portent toutes deux bien. C'est la grand-mère de l'enfant, Brigitte Mikolakczya, qui a fait don de son utérus.

Un peu moins d'une semaine après sa naissance, la petite Mischa a fait "sa première tétée", raconte sa grand-mère, Brigitte Mikolajczya, sur BFMTV. L'enfant, qui pesait 1,845 kg à la naissance le vendredi 12 février à l'hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine), est né après une greffe d'utérus dont avait bénéficié sa mère en 2019.

Cette dernière avait reçu l'organe de sa propre mère, âgée de 57 ans au moment du don. Cette prouesse avait déjà permis des naissances dans d'autres pays, mais il s'agit d'une première en France.

"Tout le monde va bien", a expliqué ce mercredi sur BFMTV le professeur Jean-Marc Ayoubi, chef de service de gynécologie-obstétrique et de médecine de la reproduction de l'hôpital Foch, dont l'équipe a permis cette naissance.

Brigitte Mikolajczya raconte à son tour les prémisses du don de son utérus à sa fille. "J'avais dit à ma fille, quand elle a su qu'elle ne pouvait pas avoir un bébé, 'si un jour ça se fait, je te donnerai mon utérus'", relate la nouvelle grand-mère sur notre antenne.

Message d'espoir

En 2019, la proposition se concrétise. "Au départ, c'est moi qui ai été opérée", rappelle-t-elle, expliquant que ce prélèvement d'organe a pu être possible grâce à la compatibilité entre les deux femmes.

"Dès que l'utérus a été prélevé, c'est ma fille qui est rentrée au bloc", se remémore Brigitte Mikolajczya. "Le greffon, il n'y a pas eu de rejet."

Aux côtés de son épouse, Jean-Pierre Mikolasjczya conclut: "C'est vraiment le plus beau geste d'amour que peut faire une mère à sa fille."

Âgée de 36 ans, Deborah, la mère de la petite Mischa, est née sans utérus. Elle est atteinte du syndrome de Rokitansky, qui touche une femme sur 4500 à la naissance. Brigtitte Mikolasjczya espère désormais que "beaucoup de femmes vont prendre espoir" après l'exemple de sa grossesse réussie.

Clarisse Martin Journaliste BFMTV