BFMTV

La CGT revendique des coupures de gaz à Nantes, et menace de recommencer

Le logo GRDF (photo d'illustration)

Le logo GRDF (photo d'illustration) - NICOLAS TUCAT / AFP

Le courant électrique aurait en revanche été rétabli dans des foyers qui ne payaient pas leurs factures et des heures pleines ont été transformées en heures creuses, selon la CGT.

Alors que la CGT Énergie a annoncé ce mercredi matin qu'elle va poursuivre ses coupures d'électricité dans plusieurs grandes villes, 1500 personnes sont actuellement touchées par des coupures de gaz à Nantes, coupures qui ont débuté lundi, en marge de la grève contre la réforme des retraites, annonce Ouest France ce mercredi. 

"Plusieurs secteurs de Nantes (Chantenay, Canclaux, rue de Gigant, secteur Château-Cathédrale, entre autres) sont effectivement affectés par des coupures de gaz, depuis lundi soir et mardi matin, de façon échelonnée. 1500 clients sont actuellement touchés. On est face à des actes volontaires, dont on ne connaît pas l’origine. On ne sait pas qui coupe. On condamne ces actes qui sont contraires à notre mission de service public", a confirmé GRDF.

La CGT a revendiqué ces coupures et souligne que son action vise en premier lieu des grandes entreprises. 

Un moyen d'action "légitime pour se faire entendre"

"C’est effectivement un moyen d’action des collègues en grève, peu utilisé mais légitime pour se faire entendre. On veut viser des poumons économiques, des zones industrielles et des permanences parlementaires, mais le maillage du réseau ne nous permet pas d’éviter d’impacter les particuliers", a déclaré un syndicaliste, interrogé par Ouest France.

Le syndicat a également annoncé avoir rétabli le courant dans plus de 10 foyers qui n'avaient pas payé leurs factures. D'autres habitations ont vu leurs heures pleines transformées en heures creuses selon la CGT, rendant ainsi l'énergie moins onéreuse. 

D'autres coupures de gaz mais aussi d'électricité pourraient avoir lieu si le feu vert est donné lors d'une prochaine assemblée générale de la CGT. 

Alexandra Jaegy