BFMTV

L'école fondée par Brigitte Macron ouvre ses portes ce lundi

Brigitte Macron à Clamart le 15 novembre 2018

Brigitte Macron à Clamart le 15 novembre 2018 - Bertrand GUAY / AFP

53 adultes de 25 à 48 ans seront les premiers élèves de cet institut qui doit, entre autres, les réinsérer dans le monde du travail.

C'est à Clichy-sous-Bois, en plein cœur du département de Seine-Saint-Denis, que l'Institut des vocations pour l'emploi (Live) ouvre ses portes ce lundi. Fondé et chapeauté par la Première dame Brigitte Macron, l'établissement a pour mission de venir en aide à 53 adultes âgés de 25 à 48 ans sans diplômes et demandeurs d'emploi depuis 2 ans maintenant. 

Dans le détail, Le Parisien souligne que les "élèves" devraient suivre 35 heures d'ateliers hebdomadaires et plusieurs matières y seront enseignées: mathématiques, anglais et histoire, mais également des ateliers plus pratiques, afin de préparer un entretien d'embauche par exemple. 77% d'entre eux sont des femmes, la plupart du temps seules avec leurs enfants. 

"Masterclass" de Français

Brigitte Macron, qui devrait faire le déplacement ce lundi en banlieue parisienne pour ce premier jour, devrait quant à elle dispenser des "masterclass" de français, matière qu'elle enseignait il y a encore quelques années, une à deux fois par mois. D'autres enseignants, tels que le cuisinier Thierry Marx, participent également au projet.

Interrogé par le quotidien francilien, un conseiller de la Première dame souligne que les cours ne seront pas réalisés de manière scolaire, " sinon on en perdra les trois quarts." 

"Garantie de pérennité"

Financé par LVMH, Live promet une enveloppe de 1000 euros à ses élèves les plus assidus. Cette initiative est née après que certains pays scandinaves et le Canada ont mis au point des établissements du même type. 

"Évidemment, le coup de projecteur qu'apporte Brigitte Macron sur ce projet est important et peut-être aussi une garantie de pérennité", conclut auprès de RTL Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois 

dossier :

Brigitte Macron

Hugo Septier