BFMTV

Jacques Attali: la loi El Khomri "ramène les travailleurs au XIXe siècle"

Invité de BFMTV-RMC mercredi matin, l'économiste classé à gauche a critiqué une réforme du Code du travail "pas équilibrée".

Mal pensée, la réforme du Code du travail? La loi dite "El Khomri", du nom de la ministre du Travail qui la porte, provoque beaucoup de remous à gauche et dans les syndicats. Pour l'économiste Jacques Attali, elle est surtout "pas équilibrée".

"On a l'impression qu'on a photocopié un document du Medef dans certaines parties", a-t-il raillé mercredi matin sur BFMTV-RMC.

Pour Jacques Attali, c'est l'essence même de cette loi El Khomri qui est à revoir. "Le travail du XXIe, ce n'est pas le travail précaire. Ce que fait le ministre, c'est ramener les travailleurs dans une situation précaire, comme au XIXe siècle. Au XXIe siècle, la clé du travail, c'est la formation", a-t-il insisté, défendant le l'obligation de former chômeurs et salariés.

L'économiste propose d'aller plus loin sur la question des partenaires sociaux, un rouage "essentiel pour négocier des accords dans les entreprises", a-t-il défendu. "Il faut les renforcer", a-t-il expliqué, tout en soulignant que leur rôle devait être repensé. "Les partenaires sociaux doivent admettre qu'ils ne représentent pas l'intérêt général. L'intérêt général, ce n'est pas celui des patron ou des salariés, c'est aussi celui des chômeurs, a-t-il souligné. (...) Il faudrait que les accords ne soient applicables qu'à ceux qui sont syndiqués. Comme ça, si les accords sont bons, cela pousserait les gens à se syndiquer. Et s'ils sont mauvais, les accords ne seraient pas adoptés."

La France, une démocratie en retard

Puis, interrogé sur la montée en puissance du candidat américain républicain Donald Trump, qui a remporté le caucus du Nevada, mardi soir, Jacques Attali, qui y voit une certaine logique. "Il y a aux Etats-Unis un renouvellement de la classe politique plus rapide qu'ailleurs", a expliqué l'économiste, épinglant notamment la France comme dernier pays à s'accrocher à une vieille idée de la politique.

"La France est le dernier pays démocratique où la politique est un métier exercé par des personnes qui n'ont jamais rien fait d'autre de leur vie, a-t-il déploré. On marche sur la tête. Donald Trump incarne ce renouvellement et une tendance très profonde de la société américaine: la valeur du succès, de l'admiration pour ceux qui réussissent et dédain pour Washington."

S. C.