BFMTV

"J'ai tout perdu": victime d'une agression sexuelle au travail, elle témoigne

Victime d'une agression sexuelle sur son lieu de travail en octobre 2016, Sandra, 29 ans, raconte avoir perdu son travail et son appartement. Elle a décidé de porter plainte et compte bien faire condamner son agresseur présumé.

Depuis les premières accusations publiques de harcèlement visant le producteur américain Harvey Weinstein, la parole des femmes se libère progressivement. Loin des paillettes et des projecteurs d'Hollywood, des femmes témoignent de plus en plus et souhaitent engager des actions en justice pour faire condamner leur agresseur présumé. C'est le cas de Sandra qui a vu sa vie basculer le 26 octobre 2016, après avoir été victime d'une agression sexuelle sur son lieu de travail.

"Il était dos à moi. Il a commencé à mettre ses mains autour de ma taille et autour de mon cou. Je l'ai arrêté pour ne pas qu'il mette ses mains sur ma poitrine. Je l'ai rejeté. J'ai voulu partir, il m'a rattrapée et a remis ses mains autour de mon cou", raconte cette jeune femme de 29 ans qui est finalement parvenue à s'échapper.

Après cette agression, Sandra s'est mise en arrêt maladie pendant un mois pour dépression, avant de démissionner car la direction de l'établissement dans lequel elle travaillait soutient l'homme qu'elle accuse.

"J'ai tout perdu", regrette-t-elle. "J'avais un travail, un appartement, je prévoyais de faire un crédit pour acheter une voiture. Et du jour au lendemain, on n'a plus de travail, plus de maison", affirme-t-elle.

"Elles ont peur de ne pas être crues"

Depuis un an, elle ne travaille plus, mais elle a pu trouver un peu de soutien auprès de l'association Le Cap, qui accompagne les victimes de harcèlement moral et sexuel. 

"Peu de femmes portent plainte pour des violences sexuelles sur le lieu de travail. Par peur de ne pas être crue, par peur de perdre leur travail", explique Philippe Genovesi, juriste au sein de cette association. "Malheureusement, le travail, les victimes de harcèlement finissent toujours par le perdre. Elles ne se défendent pas et du coup, elles perdent leur emploi. Et après, elles regrettent peut-être de s'être défendues parce qu'au final, elles ont tout perdu", poursuit-il.

Aujourd'hui, Sandra l'assure, elle veut aller jusqu'au bout. Elle va porter plainte et compte bien faire condamner son agresseur présumé.

Me.R.