BFMTV

Isère: la médecin avait refusé de soigner une femme voilée

Il y a un an, une médecin en Isère avait refusé de soigner une femme voilée. Ce samedi 3 septembre, le Conseil régional de l'Ordre des médecins de Rhône-Alpes examine la plainte déposée par la patiente. La médecin risque la radiation.

Le Conseil régional de l'Ordre des médecins de Rhône-Alpes se réunit ce samedi 3 septembre pour examiner la plainte d'une patiente voilée contre une médecin de l'Isère, qui lui avait reproché sa tenue. La scène avait été en partie filmée par la plaignante.

Myriam, mère de quatre enfants, porte un voile sur ses cheveux. Il y a un an, elle se rend dans son cabinet médical, son médecin est en congé, elle consulte donc une remplaçante. Rapidement, le ton monte entre les deux femmes à cause de la prescription d’un médicament auquel Myriam est allergique.

La médecin "se lève, déchire l'ordonnance, et me dit 'de toute façon je n'aime pas les femmes voilées, je n'aime pas les musulmans, vous sortez'", rapporte Myriam à BFMTV. 

Gênée par le voile

Avec l'accord de la généraliste, la patiente filme alors le reste de la scène. 

"Je maintiens que j'ai dit que je ne voulais pas de femme voilée, déclare la médecin, parce que c'est un signe ostentatoire religieux, c'est illégal".

Le lendemain, Myriam porte plainte, mais la justice classe sans suite le dossier. De son côté, la généraliste admet avoir été gênée par son voile dans un courrier à l’Ordre des médecins. "Durant la consultation, la patiente avait une attitude extrêmement agressive, me toisant avec des yeux plein de haine, détaille la généraliste. 

Manquement à la déontologie des médecins ? 

Selon l'avocat de Myriam, cette praticienne a fait preuve de manquement à la déontologie des médecins, notamment l'article 7 qui stipule que "le médecin doit écouter, examiner, conseiller et soigner avec la même conscience toutes les personnes quels que soient leur origine, leurs mœurs et leur situation de famille, leur appartenance ou leur non-appartenance à une ethnie, une nation ou une religion déterminée".

La chambre disciplinaire de l'ordre des médecins entend les deux femmes ce samedi 3 septembre. La médecin risque la radiation. La décision sera rendue dans un mois. 

M.H., Alexandra Gonzalez, Florent Bonnard et Eline Deny